Bah Oury : "Ces élections est une mascarade pour satisfaire la volonté du Prince…"

Scrutins législatif et référendaire
BAH Oury président du parti UDD
BAH Oury président du parti UDD

CONAKRY-Bah Oury, le leader de l’UDD (union pour le développement et la démocratie) n’est pas tendre avec la CENI, l’organe électoral et le Président Alpha Condé qui vient de convoquer le corps électoral le 22 mars 2020. Pour l’opposant les scrutins législatif et référendaire est une mascarade qui permettrait au chef de l’Etat guinéen de partager des postes de députés comme il le souhaite, en violation des Lois.

Au micro d’Africaguinee.com, l’ancien vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée UFDG a martelé que ces élections n’auront pas la caution de la communauté internationale. Car selon lui, ce double scrutin manque non seulement de légitimité mais aussi de transparence et de responsabilité.

« C’est pour dire qu’en réalité la CENI a fait de la communication en indiquant que les 2 438 992 électeurs sans pièces justificatives figurant dans le fichier ont été expurgés. Lorsque vous expurgez le tiers (1/3) du fichier électoral, il va de soi que vous devrez vous donner les moyens de reprendre l’ensemble du processus pour que ceux qui sont détenteurs de cartes d’électeur et qui font partie de ces cas litigieux ne puissent plus utiliser ces cartes d’électeurs. Les bureaux de vote qui été déjà mis en place avec plus de 7 000 000 électeurs, le nombre de bureaux de vote ne doit plus correspondre au corps électoral tel qu’il est indiqué. Donc en d’autres termes c’est pour dire que c’est de la désinvolture, c’est une mascarade, ces élections ne refléteront absolument rien du tout que la volonté du prince d’avoir un référendum et de distribuer des postes de députés selon ses désidératas. Tout ceci manque de légitimité, manque de transparence, manque de responsabilité… en d’autres termes ces élections et ce référendum n’auront pas la caution ni de la communauté nationale ni de la communauté internationale », a réagi Bah Oury tout en ajoutant que l’équipe de la CENI devrait présenter sa démission après la publication du rapport par la CEDEAO.

« Je pense que lorsqu’on dit que le fichier à plus de 2 400 000 d’électeurs sans pièces justificatives et que plus de 2 000 000 d’autres électeurs ont simplement des attestations contresignées, cela prouve que le fichier sur le nombre indiqué, plus de deux tiers (2/3) ou plus de 60% de ceux qui sont dans le fichier ne devraient pas y être, on ne doit plus continuer de parler de ce fichier électoral et la CENI devait donner sa démission puisqu’ils se sont disqualifiés pour pouvoir organiser correctement des élections dans ce pays. Nous devenons la risée du monde et je pense que de ce point de vu, les choses sont devenues plus claires, plus limpides pour la population guinéenne et pour la communauté régionale et internationale », a-t-il ajouté.

Parlant de la décision du Gouverneur de la ville de Conakry qui interdit tout regroupement de plus de 100 personnes à cause de la pandémie Coronavirus, Bah Oury estime que c’est une manière d’interdire l’opposition d’organiser des marches de protestation.

« Lorsqu’on suit leur logique, les élections du 22 mars 2020 doivent être interdites puisqu’il y aura au moins 100 personnes dans un bureau de vote. Donc, ils sont en désaccord avec leurs décisions. C’est une opération politicienne pour croire qu’ils peuvent utiliser cela pour interdire les manifestations légitimes de ceux qui protestent pour la démocratie et pour la stabilité de la Guinée », a averti  le Président du parti UDD.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

 

Créé le Samedi 14 mars 2020 à 11:08