Dr. Manizé Kolié parle de leur grève : "Ce qui fâche les pharmaciens..."

Grève des Pharmaciens
Dr. Manizé Kolié
Dr. Manizé Kolié

CONAKRY- C’est une crise qui risque d’avoir de lourdes conséquences sur la santé des populations en générale et surtout des malades en particulier. Le syndicat des pharmaciens et officines privées de Guinée déclenchent une grève perlée à compter de ce lundi 24 février sur toute l’étendue du territoire.

Qu’est-ce qui fâchent les acteurs du secteur du médicament ? Le secrétaire général du syndicat des pharmaciens de Guinée qui a été interrogé par Africaguinee.com, a dénoncé le non-respect des points conclus dans le protocole d’accord signé entre syndicat et autorités le 19 janvier dernier. Selon Dr ManizéKolié, il y a trois points de revendications qui ne sont pas respectés.

« Nous décidons d’aller en grève parce que les points qui ont permis de suspendre la grève dans le protocole d’accord signé le 19 janvier 2020 n’ont pas été respectés. En tout, il y avait trois points de  revendications. Ce sont : la fonctionnalité de la brigade médicrime, la limitation du nombre des sociétés grossistes après un travail d’évaluation qui a lieu entre le 15 juillet et le 15 août et l’affaire des faux médicaments. Depuis le mois de juillet 2019, c’était du jamais vu en Guinée, une importation massive de faux médicaments de près de 300 conteneurs sont arrivés à la fois au quai au port autonome de Conakry. Alors, c’est ce que nous avons voulu régler sur cette plateforme. Après la suspension de l’autre grève, le 20 janvier il y a eu l’inauguration de la brigade médicrime et nous avions donné 72h à cette brigade pour qu’elle soit active. Cette brigade n’est pas une brigade de sensibilisation mais plutôt de répression c’est-à-dire qu’elle ne vient pas dans une boutique de faux médicaments pour donner des cours. NON, si elle vient c’est pour ramasser les faux médicaments pour les incinérer. C’est ce qui n’a pas été fait. Même la réunion préparatoire pour la limitation des sociétés grossistes était juste une réunion pour se faire voir, il n’y a pas eu un acte qui soit posé et au même moment, les conteneurs qui sont en souffrance administrative au port qui sont là depuis le mois juillet 2019 sortent un à un pour être mis à la consommation sur les marchés de notre territoire. Voilà ce qui a énervé les pharmaciens », a expliqué Dr Manizé Kolié.

Il soutient que le syndicat et l’ordre national des pharmaciens de Guinée travaillent main dans la main dans cette lutte. « Nous sommes en union sacrée avec l’ordre nationale des pharmaciens de Guinée. Tous nos courriers qui vont à l’adresse du chef de l’Etat, du premier ministre ou du ministre de la santé sont cosignés ordre et syndicat », a-t-il assuré.

Cette  grève qui sera déclenchée dans les prochaines heures sur toute l’entendue du territoire national a une autre particularité. Selon Dr Manizé Kolié, toutes les pharmacies qui se trouvent sur le sol guinéen seront systématiquement fermées durant toute la grève.

«Cette fois-ci notre grève, on va fermer systématiquement toutes les pharmacies de Conakry à Yomou. Et si on rentre en négociation avec le gouvernement durant toutes les négociations, nous seront en grève. Nous nous battons pour que le marché des faux médicaments disparaisse mais comme il y a des ambassades, des représentants des institutions internationales qui vont voir que toutes les pharmacies officielles sont fermées et que les guinéens sont obligés d’aller sur les marchés surchauffés ou dans les boutiques tenus par les analphabètes et cela veut dire que c’est le prestige du pays qui tombe », a indiqué le syndicaliste.

Affaire à suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél.: (00224) 666 134 023

 

Créé le Dimanche 23 Février 2020 à 13:50

TAGS