Guinée : Une grève annoncée dans le secteur des Transports…

Grogne sociale en Guinée
Une vue de l'autoroute le Prince à Koloma Conakry
Une vue de l'autoroute le Prince à Koloma Conakry

CONAKRY-Une nouvelle crise pointe à l’horizon en Guinée ! Alors que la CEDEAO tente une médiation de "dernière chance" pour  trouver une "solution" à la crise politique actuelle que traverse le pays, l’union nationale des transporteurs de Guinée menace d’aller en grève. Elle dénonce la fermeture des frontières aux camions transportant des marchandises.

Depuis la rentrée en vigueur de cette décision unilatérale prise par les autorités guinéennes, l’union nationale des transporteurs ne sait plus où donner de la tête. Elle  a mené plusieurs démarches pour obtenir un assouplissement de cette mesure, en vain. Résultats : Des milliers de camions remplis de marchandises périssables sont bloqués aux frontières.

Pour protester contre cette décision controversée, les syndicats des transporteurs de Guinée entendent donc déclencher une grève générale illimitée dans les prochains jours à appris Africaguinee.com. Selon nos informations, la fédération patronale des transporteurs de Guinée, l’Union nationale des transporteurs routiers de Guinée et la fédération syndicale des transports et mécanique générale de Guinée comptent déclencher cette grève pour protester contre la fermeture des frontières terrestres par les autorités. La date du début de cette grève sera annoncée ce vendredi 21 février.  

Contacté par un journaliste de notre rédaction, le vice-président de l’Union syndicale des transporteurs de Guinée nous a confié que les syndicats des transporteurs vont se réunir ce vendredi pour trouver la date du début de la grève. Alpha Amadou Bah précise que cette grève concerne tout le secteur des transports en Guinée.

« Demain vendredi 21 février 2020, nous allons réunir tous les transporteurs pour prendre la décision d’aller en grève si on n’ouvre pas les frontières. Et la grève concernera tout le secteur des transporteurs. A savoir : les taxi-motos, les taxis-ville, le transport urbain, les gros-porteurs bref tout ceux qui évoluent dans le transport en Guinée », a annoncé le vice-président de l’Union syndicale des transporteurs de Guinée. Ce syndicaliste déplore le refus des autorités compétentes de prêter une oreille attentive à leur cri de cœur.

« Nous avons mené des démarches pour rencontrer le ministre de la défense et celui de la sécurité mais en vain. Nous avons rencontré le ministre du budget, nous avons rencontré le directeur national de la douane, mais on n’a pas eu de suite favorable. Nous avons rencontré notre ministre de tutelle, Aboubacar Sylla des transports,  lui il nous a promis qu’il allait appeler les autres ministres concernés. Toutes les autorités que nous avons rencontré nous ont dit qu’à leur niveau il n’y a aucun problème, mais que la décision vient du haut », explique Alpha Amadou Bah.

Cette autre grève qui pointe à l’horizon intervient alors que onze (11) centrales syndicales en guise de soutien au syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée SLECG, menacent de déclencher un mouvement similaire.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Jeudi 20 Février 2020 à 19:35

TAGS