Damaro tranche :"Nous n’obéirons pas aux injonctions du Parlement de l’UE…"

Référendum Constitutionnel

CONAKRY-Le camp du président Alpha Condé vient de  réagir suite à la résolution que vient de voter le Parlement Européen sur la situation politique en Guinée. Ce jeudi 13 février 2020, le Parlement Européen a voté une résolution dans laquelle il a exprimé son « profond regret » face au projet de modification de la Constitution guinéenne. Interrogé sur cette résolution, le président du Groupe parlementaire RPG arc-en-ciel, a fermement réagi. Amadou Damaro Camara a martelé que le Pouvoir de Conakry n’obéira pas aux « injonctions » d’un parlement fut-il celui de l’Union Européenne. Explications.

« Il faut que l’Union Européenne et tous les autres pays occidentaux apprennent et intègrent définitivement que la Guinée est un pays indépendant. Le président Alpha Condé a été clair : nous respectons leur souveraineté, nous apprécions leurs aides, nous écoutons leurs conseils, mais ils ne peuvent pas nous dicter notre mode de vie. Il faut que cela soit définitivement intégré et compris une bonne fois pour toute. Ils ne peuvent pas voter à leur parlement ce que le peuple de Guinée doit faire dans son pays. Nous n’avons agressé personne, et on n’exclu personne.

Lire aussi-Bruxelles : le Parlement européen demande à Alpha Condé de « respecter la Constitution… »

Les délais ont été fixés, le Président de la république a commis il y a à peu près six mois ou plus, son premier ministre, qui constitutionnellement est en charge du dialogue social pour recevoir et écouter tout le monde.  Aucun sujet n’était tabou. Certains  ont refusé de participer, beaucoup d’autres ont participé. Ils ont fixé les délais, le Président ne fait pas un coup d’Etat, il demande à ce qu’on pose la question au peuple de Guinée. La discussion aurait due être autour des conditions du référendum pour qu’il soit juste et que les résultats du vote soient sécurisés et qu’ils reflètent la volonté du peuple. Ça j’aurais compris. Mais nous ne pouvons pas accepter qu’une frange de la Guinée dise qu’on n’a pas le droit de poser la question au peuple de Guinée et que ça soit un parlement européen, un autre parlement d’un ou d’autres pays, fut-il celui de l’Union européenne qui nous dise ce qu’il faut faire.

Nous n’avons pas fait autre chose que de vouloir interroger le peuple, la démocratie c’est le pouvoir pour le peuple et par le peuple. C’est ce que nous avons demandé. Mais qu’ils disent NON, nous ne voulons même pas qu’on pose la question au peuple de Guinée, nous n’allons pas obéir aux injonctions d’un parlement fut-il celui de l’Union Européenne ».

Créé le Samedi 15 Février 2020 à 19:28