Guinée :la Cour Constitutionnelle va trancher entre Alpha et ses opposants…

Référendum Constitutionnel
Des leaders de l'opposition guinéenne
Des leaders de l'opposition guinéenne

CONAKRY-La Cour Constitutionnelle va devoir trancher de nouveau entre Alpha Condé et l'opposition. 

Alors que le Président de la république a signé l'ordonnance fixant les modalités du référendum constitutionnel, l’opposition vient de saisir encore la Cour Constitutionnelle moins d’une semaine après avoir été déboutée par celle-ci sur une requête concernant les législatives.

Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Faya Milimouno, Bah Oury, Lansana Kouyaté, Ousmane Kaba, appuyés par l’ensemble des députés de l’opposition ont introduit un recours en contestation des « Actes du président de la République » devant la gardienne de la constitution.

En effet, l’opposition conteste contre deux actes du Pr. Alpha Condé. La première contestation porte sur  « les actes préparatoires au référendum constitutionnel pris par le Président de la République, en application de l’article 2 de la Constitution » alors que la seconde est relative à « la décision du président de la République portant changement de la Constitution ».

Une constitution dont l’avant-projet n’est accompagné d’aucun exposé des motifs, encore moins d’un rapport de présentation détaillant le contenu ou la portée de la forme au regard de l’ordre constitutionnel en vigueur, selon les opposants.

L’examen systématique du contenu de l’avant-projet de nouvelle constitution proposé par le Président de la République révèle qu’elle contient des articles contraires aux dispositions prescrites comme intangibles par la Constitution en vigueur, détaillent-ils dans un document consulté par Africaguinee.com.

En outre, soulignent-ils, dans son annonce télévisée en date du 19 décembre 2019, le Président de la République postule publiquement pour un changement de constitution, alors qu’aucune base légale, ni constitutionnelle ne permet une initiative d’une telle nature.

« De nombreuses preuves matérielles attestent, sans l’ombre d’un doute, que si cet avant-projet était soumis au référendum, le fichier électoral ne permettrait pas, en l’état, une consultation régulière du peuple.

Dans les localités considérées comme étant favorables à l’opposition, les autorités administratives ont entrepris des manœuvres  pour empêcher l’enrôlement effectif des citoyens remplissant les conditions. Au contraire, dans les régions qui sont présumées favorables au régime en place, des mineurs, ainsi que des étrangers ont été inscrits sur le fichier électoral au vu de tous », décortiquent Cellou Dalein Diallo et ses pairs de l’opposition.

Pour plus de détails, merci de cliquer sur le lien PDF ci-dessous.

 

Africaguinee.com

 

 

Fichier: 
Créé le Jeudi 30 janvier 2020 à 18:19