Mory Sangaré répond à Soumah : "Il n’a jamais été question de 8 millions…"

Menaces de grève
Mory Sangaré, ministre de l'Education Nationale
Mory Sangaré, ministre de l'Education Nationale

CONAKRY-Le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré a répondu ce lundi 9 décembre 2019 au SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) d’Aboubacar Soumah qui menace d’aller en Grève dans les prochains jours.

Interrogé par Africaguinee.com, lors d’une conférence de presse qu’il a animé aujourd’hui, Mory Sangaré a formulé une demande envers les syndicalistes. Pour le ministre de l’Education Nationale, il faut que les syndicalistes acceptent  de laisser les écoles fonctionner, de trouver des approches de réclamation qui ne soient pas celles qui aboutissent à l’arrêt total des cours.

‘’ Ce que vous devez comprendre, à la fin des négociations il n’a jamais été question des huit millions (…), si aujourd’hui ce syndicat se lève pour réclamer cet argent alors que dans l’accord de grève cela n’a pas été mentionné moi je pense que c’est un problème.  En tous cas aux alentours de nous, les grèves sont de 48 heures ou de 72 heures avec des préavis. Ils mettent suffisamment de temps pour aller à une grève.  Mais nous ici, c’est n’est pas possible, même en prenant le petit déjeuner  on annonce une grève. Voilà la situation dans laquelle nous sommes. J’espère quand-même que les choses commencent à bouger puisque qu’ils commencent à parler de préavis de grève maintenant’’ a lancé Mory Sangaré.

Poursuivant, le chef du département de l’éducation et l’Alphabétisation a souligné que force est de constater que dans le rapport de la levée du mot d’ordre de grève du 10 janvier dernier  il n’était mentionné nulle part des points concernant les 8 millions comme salaires de base.

‘’Antérieurement  il faut reconnaitre les efforts louables du gouvernement qui ont payé les 40% des salaires indiciaires avec rappel, et cela même pour les fonctionnaires retraités. Et en l’espace d’un an, ce même syndicat se lève pour réclamer un salaire de 8 millions’’ a-t-il lancé, l'air deçu de l'attitude des syndicalistes.

Aboubacar Soumah, le secrétaire général du SLECG, pour sa part dénonce le rapport de la commission chargée du recensement général du corps enseignant. Ce recensement devait permettre au Gouvernement de procéder à une augmentation des salaires des enseignants à travers les économies qui seront faites au terme du processus après que les fictifs aient été extirpés du fichier.

Seulement voilà, une contradiction apparait. Pour le ministre Sangaré, ce rapport dont fait allusion la tête de proue du SLECG ne lui est pas encore parvenu. 

Affaire à suivre…

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Lundi 09 décembre 2019 à 15:38