Route Kankan-Mandiana : Moustapha Naïté évoque quelques "petits soucis"

Infrastructures routières
Moustapha Naité, ministre des Travaux Publics sur le chantier de la route Kankan-Mandiana
Moustapha Naité, ministre des Travaux Publics sur le chantier de la route Kankan-Mandiana

KANKAN-Le ministre des travaux publics poursuit sa tournée dans les villes de l’intérieur du pays. Aprè les étapes, Dalaba, Pita, Labé, Dabola, Kouroussa, Moustapha Naïté et sa suite ont visité ce dimanche 24 novembre 2019 les travaux de construction du tronçon Kankan-Mandiana distant de 83 kilomètres.

 Accompagné d’une forte délégation composée de responsables de son département, de cadres du fonds d’entretien routier et de quelques autorités locales, le ministre des travaux publics a instruit à l’entreprise Guiter de boucler les travaux sur les premiers 45 km de PK0 en allant vers Mandiana.

Le tronçon Kankan-Mandiana a d’une importance capitale. Cette route relie la Guinée à la Côte d’Ivoire avec une forte densité des populations. Mieux Mandiana est un  grenier agricole. L’achèvement de cette route pourra  favoriser le désenclavement de cette zone et  accélérer le développement économique. C’est pour toutes ces raisons que Moustapha Naïté s’est fixé un objectif.

« L’objectif visé est que d’ici la saison des prochaines pluies que l’entreprise puisse atteindre la moitié du tronçon c’est  à dire 45 km. Je dois dire que nous sommes très satisfaits de l’évolution du travail. Nous avons effectué d’autres visites avec l’entreprise sur leur centrale à béton pour voir exactement l’équipement qui a été mis à disposition pour la mise en œuvre de ce contrat qui est financé par le BND qui, souvent peut connaitre des ralentissements », a laissé entendre le ministre des travaux publics avant de donner les raisons qui ont ralenti ce chantier.

« Les raisons sont toutes simples. D’abord c’est un financement du Budget National du Développement. La route Kankan-Mandiana qui a 3 grands points coute environ 126 millions d’euros soit plus de 1400 milliards Gnf donc Supérieur au budget qui peut-être alloué à tous les départements par an. Donc, il est important que nous sachions prioriser les routes qui ont besoin d’être entretenues et d’autres qui ont besoin d’être reconstruites. C’est ce qui fait que pour la plus part du temps, cette route a mis du temps parce que c’est un financement du BND et des allocations », a-t-il expliqué tout en annonçant qu’il est en négociation pour boucler le financement.

« On est déjà en négociation avec l’entreprise pour voir avec d’autres sources de financement comment on peut boucler entièrement pour que l’entreprise ne soit pas entièrement bloquée dans l’exécution du travail », a-t-il ajouté.

Interrogé sur les caractéristiques de cette route, le chef de mission de contrôle a expliqué qu’elle répond aux normes de la CEDEOA.

« On a une chaussée de 7 mètres de 2 voies avec un accotement de 1m 50 et les accessoires. La couche de chaussée est composée d’une couche de litostabilisation. On mettra 70% de la latérite crue et 30% de grave concasseuse 031,5. C’est ce qui va constituer la couche de fondation au-dessus de laquelle nous allons mettre une couche de grave bitume 0,020. Au-dessus, on mettra une couche de 10 cm d’épaisseur. Au-dessus de la couche de grave bitume, on va mettre la couche de roulement qui est un enrobé semi-granit avec un épaisseur de 5cm. La garantie d’une route comme cella c’est 20 ans », a développé  Zamah Bah.

Au terme de cette visite, les autorités locales de Mandiana se sont dites impressionnées par la qualité des travaux qui sont en train d’être réalisés.

« J’avoue que j’ai été vraiment impressionné par la qualité du travail et aussi par l’avancée des travaux. Notre souhait est que le travail ne s’arrête plus et qu’on puisse aller à l’essentiel. La population de Mandiana est en train d’observer elle-même parce qu’elle pratique cette route », confie le préfet de Mandiana Mohamed Lamine Doumbouya.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00244) 666 134 023

Créé le Lundi 25 novembre 2019 à 12:23