Santé : l’ANSS se dote d’un système d’information sanitaire d’alertes et des crises (SISAC)

Santé

CONAKRY- Afin de renforcer le système d’alerte des institutions sanitaires en Guinée, l’Agence Française d’Expertise Technique Internationale (Expertise France), a mis à la disposition de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), un Système d’Information Sanitaire d’Alertes et des Crises (SISAC) du Centre Opérationnel  de Régulation et de Réponse aux Urgences Sanitaires et Sociales (CORRUS), sur financement des ministères  de l’Europe et des Affaires Etrangères (MEAE) et des Solidarités et de la Santé (MSS) de l’Etat français.

Ce dispositif mis au service de la Guinée, à titre gratuit, permet de partager en temps réel une alerte ou un événement de sécurité sanitaire à toutes les personnes concernées par l’aléa, de sécuriser les données, et d’assurer une traçabilité de l’alerte. Il permet aussi un suivi des actions mis en œuvre et une continuité dans la gestion de cette alerte.

Pour Dr Sakoba Keita, Directeur Général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), cet outil pourra améliorer la rapidité du traitement des informations reçues de l’intérieur du pays et de générer des bulletins en temps réel au niveau supérieur et hiérarchique et au niveau de certains de leurs partenaires techniques.

‘’ A l’issue des 5 jours, tous les acteurs directement impliqués au niveau central ont été sensibilisés à l’utilisation de cette application web. Le SISAC a une capacité de régénérer tout bulletin au quotidien par rapport aux  évènements qui ont été collectés sur toute l’étendue du territoire national’’, s’est réjoui Dr. Sakoba Keita, Directeur Général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS).

De son coté, le  Docteur Sékou Condé, secrétaire général du ministère de la Santé a rappelé que cet outil va  renforcer le système de santé en développant avec les partenaires les outils qui pourront  permettre de mieux gérer l’information et de  mieux la traiter  dans une rapidité qui permet aux services de santé de prendre en charge sa mission de santé publique.

‘’ L’ANSS est une structure de veille et de riposte de notre pays face aux urgences sanitaires. L’exécution correcte des attributions dévolues à notre structure appelle le développement de certaines fonctions notamment la surveillance, la prise en charge, la mobilisation sociale et l’information sanitaire. C’est dans cette optique que la plateforme DHIS2 a été introduite comme outil de gestion informatisée de notre information sanitaire. Nous accueillons favorablement comme l’a dit le directeur général de l’ANSS cet outil qui vient renforcer le système qui est en place. C’est-à-dire le DHIS2 qui permet au système informatique du ministère de bien fonctionner. Ce système va permettre une meilleure réactivité et à la transparence pour une meilleure gestion de l’information sanitaire’’, a indiqué le secrétaire général du ministère guinéen de la Santé.

participants_anss_0.jpg

La mise en place du SISAC, selon Fréderic Brignaut, conseiller à la coopération de l’Ambassade de France en Guinée, a montré que cet instrument requiert encore quelques étapes techniques au niveau des développeurs et au niveau des applications afin de poursuivre l’adaptation de l’outil au contexte sanitaire de la Guinée.

‘’ Il y aura une deuxième phase où il faudra former au niveau national des gens qui vont après être des formateurs au niveau des régions et des districts. La première des choses qui a motivé la France, c’est à la demande du ministère de la santé guinéen et de la ministre de la santé Française qui accepté dans le cadre de la coopération entre ces deux pays dans le domaine de la santé. Vous savez que l’intervention française a été très forte en période d’Ebola. J’espère que tout cela va aboutir à ce que l’on souhaite et à une vraie coopération entre la France et la Guinée dans le secteur de la santé qui prend des formes multiples au niveau des interventions’’, a rappelé le diplomate français.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 65531 11 13

Créé le Mercredi 13 novembre 2019 à 11:03

TAGS