Cri de cœur d’un citoyen de Bambeto

Libre Opinion

Je suis un citoyen résident à Bambeto à Bambeto depuis trente-deux (32) ans et huit (8) mois à ce jour.

Dieu seul est mon témoin, j’ai participé à plusieurs inhumations à notre cimetière .Mais j’avoue honnêtement c’est la première fois que je vois des forces de l’ordre déchainées et jeter des grenades lacrymogènes dans le cimetière au moment de l’inhumation de ces corps .c’est incroyable et c’est inhumain.

C’est pourquoi, pour éteindre cette braise de feu qui est en train de bruler, j’en appelle à la haute autorité, son Excellence Monsieur le président de la République. A mon avis c’est la seule et unique personne qui peut éteindre cette braise.

Monsieur le Président, C’est vous seul qui devez rendre des comptes à vos citoyens après votre mandat. Ce ne sont ni les opposants, ni la société civile, ni les religieux, ni les syndicats.

Permettez-moi de citer les toutes dernières révélations de Feu Gérard DeCoursiers avant sa mort. « Je dis que le futur président de la République de Guinée sera un homme neuf… »

Et il poursuit : « le jour ou la Guinée tombera dans la bonne grâce de Dieu en confiant la destinée de ce magnifique pays à un homme intègre, patriote à l’issu d’une élection démographique, vous allez surprendre la communauté internationale sur tous les plans…»

Monsieur le président, vous aviez tous les atouts pour bien gouverner ce pays. Mais hélas !  

Certainement je suis l’une de des rares personnes qui connait bien vos deux parents qui vous sont chers. J’ai passé une bonne partie de mon enfance à Madina. Nos deux familles habitaient ensemble et j’ai grandi avec votre jeune frère Feu Malick Condé (paix à son âme) on avait le même âge. Vos deux parents étaient très gentils, sympathiques, accueillants, humbles et modestes.

Monsieur le président, tout ce que vous êtes  aujourd’hui vous l’avez obtenu grâce aux bénédictions de vos parents d’abord et à Dieu. Comme vous aimez à le dire souvent, vous avez combattu pendant 40 ans pour la démocratie vous aviez fait la prison. Grace à Dieu et avec la bénédiction de vos parents vous avez été élu président et chef d’Etat de ce pays.

Je vous prie et vous demande très respectueusement d’honorer vos chers parents qui vous ont tout donné. Il ne faudrait pas gâter leurs sacrifices. Evitez de tomber dans de mauvais pièges. Evitez les scénarios du Burkina Faso, de l’Egypte, de la Tunisie, du Zimbabwe, de l’Afrique du sud, du Soudan, de l’Algérie, du Liban et actuellement de l’Irak et du Pakistan.

A mon avis n’écoutez personne, réfléchissez en âme et conscience et méditez sur les actions positives de vos illustres parents pour éteindre cette braise de feu qui s’est allumée.

C’est à la seule condition que vous serez inscrits en lettre d’or dans l’histoire de notre chère patrie, la Guinée.

 

                                                                    Amadou Tidiane Diallo                         

Créé le Mercredi 13 novembre 2019 à 11:18