Guinée: Pourquoi les journalistes d’Aljazeera ont été arrêtés ?

Liberté de la presse
Nicolas Haque  en reportage sur l'axe à Conakry
Nicolas Haque en reportage sur l'axe à Conakry

CONAKRY-Les autorités guinéennes ont-elles été expulsé les journalistes de la chaine Qatari Aljazeera ? Nicolas Haque et Hugo Bogaeert ont été arrêtés et détenus brièvement par les services de sécurité guinéen, jeudi dernier, a-t-on appris. Ils ont été accusés "d’atteinte à la sureté de l’Etat et espionnage".

Ces journalistes ont  couvert à Conakry les dernières manifestations contre le changement constitutionnel, organisées par le front national pour la Défense de la Constitution. Selon nos informations l’équipe de la chaîne qatarie était venue en Guinée pour réaliser des reportages sur l’exploitation minière dans la région de Boké. C’est du moins ce qui est mentionné dans leur demande d’autorisation adressée à la Haute Autorité de la Communication (HAC).

 

 

« Je viens par la présente, solliciter auprès de votre haute bienveillance I'obtention d'une autorisation de reportage journalistique dans Ie cadre du développement et I'exploitation de la richesse minière dans la zone de Boke au profit de journalistes et cameramen d'Al JAEERA TV dont les noms suivent: M. Nicolas Haque, M. Hugo Boogaerdt, Mme Eva Kasprowicz, M. Youssouf Bah », mentionne la demande que nous avons pu consulter.

Certains parmi les membres de cette équipe ont couvert les manifestations de cette semaine qui ont fait neuf morts selon un bilan officiel. Leur reportage qui décrit de manière déchirante ces violences a été partagé des milliers de fois sur les réseaux sociaux en Guinée. Dans une décision pris le 17 octobre, la HAC a annulé leur autorisation. L’acte n’apporte pas plus de détails.

« Ils sont en sécurité, mais leur arrestation montre bien les risques auxquels sont exposés les journalistes en Guinée », a commenté un défenseur des droits de l’homme.

Sur twitter, Nicolas Haque a annoncé son arrestation avec son cameraman Hugo Bogaeert, précisant que c’est leur reportage sur la Guinée que le gouvernement ne voudrait pas voir. Une source proche des journalistes a indiqué qu’ils n’ont pas été expulsés et que des démarches seraient en cours.

La rédaction.

 

 

Créé le Samedi 19 octobre 2019 à 12:43

TAGS