Conakry: timide reprise des activités après 48heures de violences meurtrières

Violences à Conakry
L'avenue de la République dans la commune de Kaloum
L'avenue de la République dans la commune de Kaloum

CONAKRY- La vie reprend peu à peu dans la capitale guinéenne Conakry, après deux folles journées marquées par des violences particulièrement meurtrières. Au moins sept morts et des dizaines de blessés par balles.

Cette troisième journée de mobilisation appelée par le FNDC a été moins agitée. La circulation a repris timidement sur les principaux axes routiers de la capitale exceptés l’autoroute le Prince. Mais les activités commerciales affichent une certaine morosité. Conakry sort progressivement de sa torpeur, mais le grand marché Madina, le plus grand pool économique du pays tourne toujours au ralenti.

L’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) avait appelé les travailleurs dans tous les secteurs à rester à la maison. Ce mot d’ordre a été très partiellement suivi ce mercredi 16 octobre 2019, notamment à Kaloum. Le constat de notre reporter sur le terrain est mitigé. Dans la commune de Kaloum, où se concentrent  l’administration et les Banques, les activités ont tourné normalement. Mais la circulation était fluide.

Toutes les banques sont ouvertes, a-t-on remarqué, alors que certaines entreprises privées sont restées fermées.  Notre reporter a constaté une affluence devant les guichets de la Bicigui et d’Ecobank. « Les gens vont rester à la maison pendant combien de jours? On n’en peu plus », glisse un employé d’une banque, alors qu’un autre se moquait du mot d’ordre lancé par l’USTG.

L’administration a normalement fonctionné ce mercredi 16 octobre 2019, troisième journée de manifestations appelée par le FNDC, dont le procès des principaux responsables a démarré au TPI de Dixinn. Par contre certaines écoles sont restées fermées à Kaloum.

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 114

 

Créé le Mercredi 16 octobre 2019 à 19:28