Aissatou Bhoye, mère infirme: "comment j’ai appris la mort de mon fils foudroyé…"

Echo de nos régions
Aissatou Bhoye Diallo
Aissatou Bhoye Diallo

YEMBERING- Aissatou Bhoye Diallo, une mère infirme est inconsolable ! Son enfant de 10 ans est mort dans des circonstances tragiques. Lamarana Diallo a été foudroyé a Kotthioudiallo à 4km de Yembering centre. Le drame s’est produit le dimanche 29 septembre 2019 dernier. Les témoignages des proches sont pathétiques.

 « Ma dernière rencontre avec mon fils c’est au marché hebdomadaire le dimanche, le jour de son décès même. Mon père qui est également son maitre coranique m’avait dit tu as déjà vu ton enfant. J’ai répondu par la négative. Alors il l’index. Du coup je l’appelle, il vient me saluer. Je lui dis que j’ai appris que tu n’étudies pas bien, il insiste qu’il le fait bien. J’ai dit alors seules les bonnes études sont bénéfiques. Il m’a promis qu’il va bien étudier. Il m’a demandé un coq, j’ai posé une condition. Celle de me promettre qu’il va toujours continuer à bien étudier. Ensuite il me dit qu’il veut un téléphone, j’ai répondu que tout ça ne pose pas de problème s’il étudie. C’est là qu’on s’est donné au revoir. Après le diner, j’ai pris mes produits avant d’aller au lit. Le lundi tôt le matin ma grande sœur et son mari sont venus me chercher. Ils ont donné la mauvaise nouvelle à mon époux sans m’informer. Mon mari vient me réveiller me disant qu’il y a des personnes qui veulent me saluer, il veut que je m’habille bien avec mon bébé. À ma sortie, dès que j’ai vu ma sœur et son mari j’ai ressenti des choses en moi qui annoncent des moments difficiles.

Ma sœur m’a demandé de prendre certains effets. Mon mari m’a aidé. On me dit de prendre le Café avant d’aller. J’ai commencé à m’interroger. C’est à mon arrivée dans ma famille que j’ai compris que  mon fils est décédé. J’ai entendu mon père dire l’enfant (son petit-fils NDLR) qui est venu étudier. Aussitôt j’ai vu mon père verser de chaudes larmes. J’ai versé aussi des larmes sans savoir pourquoi. J’ai demandé à une voisine qui attachait ses chèvres de me dire ce que mon fils Lamarana  a fait. Il ne m’a rien dit. J’ai demandé à ma sœur qui est décédé, elle me dit que personne. J’ai compris qu’il y a un problème parce que je vois les gens, je rencontre les gens mais personne ne me serre la main chacun avait peur de me le dire. Une fois dans notre cour, j’ai compris exactement que c’est Lamarana qui est décédé. C’est le même jour on s’est vu au marché. Que son âme repose en paix, c’est le même jour qu’on s’est séparé au marché » a témoigné en sanglot Mme Aissatou Bhoye la mère de la victime.      

Djeinabou Kolon Diallo, tutrice de la victime explique dans quelle circonstance la foudre a frappé  Lamarana.  « Dans la nuit du dimanche, le garçon Lamarana a pris le diner à 21 heures avec son grand-père. Il est allé lire un peu le coran avec son oncle, il est revenu me voir pour me dire bonne nuit mais je priais, après ma prière il est revenu. Entre temps, la pluie a commencé lui et son oncle ont ramassé tous les bols qu’on avait dehors ainsi que ses habits qu’il avait suspendus dehors. Tout le monde est rentré se coucher, la pluie a pris une allure sérieuse. Ça grondait en continue. Nous avons même éteint  nos téléphones. Quelques minutes après, c’est l’odeur de la décharge d’une foudre que je ressens. J’ai dit à ma fille que cette foudre n’est pas tombée si loin, l’odeur ne faisait que s’accentuer. J’ai alors décidé de sortir vérifier pour me rassurer que notre habitation n’a pas pris feu surtout que je suis avec des enfants dedans. A l’aide de ma torche je n’ai rien vu mais il pleuvait beaucoup, je suis rentrée me coucher. Aux environs de me minuit je me lève comme d’habitude pour aider le jeune garçon à se mettre à l’aise, devant sa porte j’appelle 3 fois sans réponse. Je viens le toucher et  je tire même sa main sans aucun signe de sa part. Je le pointe avec la torche au visage, j’ai dit est-ce que cet enfant est en vie ? J’ai appelé ma fille nous l’avons touché partout mais son corps était glacé déjà. J’ai commencé à avoir peur j’ai appelé ma coépouse qui est venue faire le même constat que nous. J’ai un jeune que j’ai réveillé aussi mais nous n’avons rien compris. Nous avons alerté son grand-père et d’autres voisins, ils ont confirmé la mort du garçon Lamarana âgé de 10 ans », a expliqué la tutrice de la victime qui indique avoir vu des traces de la foudre dans la maison.

 « Quand les voisins sont venus, ils ont constaté des traces sur le mur d’abord. Le ciment a lâché à bien d’endroits de la chambre, sa couverture a été endommagée. C’est comme si c’est des étincelles de feux qui sont tombées sur son lit. Quelques morceaux de ciments étaient sur son visage, c’est le matin que nous avons vu la tapade, une bonne partie des feuilles de tarot étaient brulée. Avec toutes ces traces même si la foudre n’est pas tombée ici directement, la décharge est passée par là. Il était venu chez son grand-père pour étudier le coran, la mère de la victime est infirme  et mariée dans le village de Soto, c’est moi qui vivais avec l’enfant », explique madame DjeinabouKolon Diallo, inconsolable.

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Depuis Yembering

Pour Africaguinee.com

Tel: (+224) 664 93 45 45

Créé le Dimanche 06 octobre 2019 à 21:15

TAGS