Ibrahima Keira prévient : « Si tu organises une manifestation… »

Interview
Alpha Ibrahima Keira, Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile
Alpha Ibrahima Keira, Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile

CONAKRY-Comment sécuriser la capitale guinéenne pendant les manifestations ? Qu’est-ce que le Gouvernement envisage de faire pour lutter contre la montée de la criminalité à Conakry et ses environs ? Le Ministre de la Sécurité et de la protection Civile a dévoilé son plan à Africaguinee.com. Dans cet entretien accordé à notre rédaction, Alpha Ibrahima Keira appelle à la collaboration des citoyens pour dénicher les bandits retranchés dans les quartiers. Entretien exclusif !!!

 

AFRICAGUINEE.COM : Le chef de file de l’opposition guinéenne a appelé ses militants à se mobiliser pour la reprise des manifestations dans les prochains jours. Comment comptez-vous sécuriser la capitale guinéenne pendant ces manifestations ?

ALPHA IBRAHIMA KEIRA : Pour répondre à cela, je vous dirais tout simplement que la sécurisation des manifestations revient à ceux qui organisent les manifestations. C’est ce qui est dans la loi, referez vous-y. Là où il y a les obligations, il est indiqué que lorsqu’ils appellent leurs militants à manifester ils doivent assurer la sécurité. Si tu organises une manifestation tu la sécurises. En cas de casse, ce sont les trois ou les cinq organisateurs responsables qui répondront. C’est cette loi qui s’applique. `Nous n’avons aucune disposition particulière. 

La police quant à elle n’attaque pas, elle fait son travail de prévention (…). Elle n’agit d’ailleurs qu’en cas de provocation. Quand les gens jettent des cailloux ou lorsqu’il y a des disputes lors des manifestations. Dans de pareils cas la police a l’obligation de réagir pour maintenir l’ordre et la quiétude sociale. 

Nous assistons ces derniers temps à une montée fulgurante de la criminalité dans la capitale guinéenne et ses environs. Qu’est-ce que vous envisagez pour y remédier ? 

Pour éradiquer ce fléau qu’est la criminalité, la population et les jeunes doivent collaborer avec la police. Dans tous les pays du monde, pour lutter contre la criminalité tous les citoyens peuvent donner des informations utiles à exploiter par les services spécialisés pour mettre hors d’état de nuire les malfrats. Ce sont quand-même des gens qui sont dans les quartiers, dans les concessions et qui sont parfois couverts par  les populations (…). La police  fait son travail, elle continue en longueur de journée d’appréhender les malfrats et les traduit devant les juridictions. 

Maintenant si vous voulez qu’on mette hors d’Etat de nuire tous ces malfrats, il faut que les jeunes et toutes les entités de la société guinéenne se mettent ensemble pour dénoncer ces bandits qui sont dans les quartiers qui vendent du chanvre indien et autres stupéfiants. En guise d’exemple, quand nos éléments sont allés en haute banlieue pour une intervention, ce sont les riverains qui se sont ligués pour lapider les policiers. Comment voulez-vous qu’avec des attitudes déloyales comme ça qu’on puisse atteindre les objectifs ?

Quel message auriez-vous à lancer à vos concitoyens qui vivent quand-même avec la peur au ventre ?

Il faut que le civisme et le patriotisme priment pour aider les services de sécurité à faire leur travail. 

 

Propos recueillis par BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mardi 24 septembre 2019 à 20:03