"Guéguerre" autour des démembrements : Cellou Baldé désigne le coupable!

Bataille pour le contrôle des démembrements de la CENI
Cellou Baldé, député de l'UFDG
Cellou Baldé, député de l'UFDG

CONAKRY-Alors que les partis politiques de l’opposition continuent de se tirailler pour le contrôle des démembrements de la CENI, le député Cellou Baldé vient de désigner un coupable. Le député de l’union des forces démocratiques de Guinée accuse l’institution électorale, d’être responsable de cette situation.

« Les problèmes qui surviennent, c’est parce que la CENI ne joue pas efficacement son rôle. Sinon, c’est à elle de faire appliquer les articles 22 et 23 conformément aux lettres qu’ils nous ont adressé », dénonce l’élu de l’UFDG, interrogé par un journaliste d’Africaguinee.com.

 Le partage des représentants de l’opposition dans les CECI, CEPI et CESPI ont ravivé les clivages chez les adversaires d’Alpha Condé. L’opposition se divise sur la répartition  de ses représentants dans les démembrements de la CENI. L’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) dit avoir fait le nécessaire pour que chaque parti ait un peu.

« Ce qu’il faut savoir, c’est que le partage qui a été fait, ce n’est pas l’UFDG qui l’a fait. Ce  sont des techniciens électoraux de 18 partis politiques de l’opposition conformément à la lettre que la CENI nous a adressé en tant que parti politique de désigner nos représentants suivant les articles 22 et 23. Mais après cela, nous du côté de l’UFDG, compte tenu de notre poids électoral sur l’entendu du territoire national, nous avons eu des représentants au sein de démembrements. Nous avons bien voulu rétrocéder nos quotas à nos alliés au sein de l’opposition républicaine mais également aux autres partis de l’opposition politique plurielle. Nous l’avons fait pour que tout le monde puissent se retrouver et que de l’UFDG ne se retrouve pas seul dans les quotas de l’opposition au niveau des démembrements.  Sinon, quand vous prenez les calculs conformément à la loi, il y a beaucoup de préfectures où beaucoup de partis n’avaient pas de représentants. C’est le cas de l’UFR. Mais aujourd’hui, l’UFR est dotée dans toutes les préfectures où l’UFDG a 3 à 4 représentants, c’est le cas aussi du BL », explique M. Baldé qui ne s’est pas privé de donner des exemples pour démontrer la bonne foi de l’UFDG.  

« Quand vous prenez par exemple Dalaba, malgré tous les efforts que nous avons fournis il y a des partis qui exigent un quota. Un parti comme le PEDN qui n’a gagné nulle part à Dalaba qui exige d’avoir 4 ou 6 représentants, un parti comme l’UFD qui exige d’avoir 8 représentants alors qu’on a donné ce qu’on peut donner. Quand vous prenez au niveau de la CECI de Dalaba où nous avons quelques 3 représentants, on a donné aux autres partis, quand vous prenez à la CEPI on a donné par exemple à l’UFR. Quand vous prenez au niveau de Koba on a donné un commissaire au PRGP qui n’avait pas le droit selon la loi et les calculs d’avoir à Koba. A Kankalabé sur 3 de nos représentants nous avons donné un au PEDN. A Mitti nous avons attribué à l’UDG et à l’UFD de Badiko. Au niveau de la commune urbaine de Labé sur les 13 représentants de la CECI qui revenaient à l’UFDG nous avons donné au PPD, au BL, au total on a libéré au moins cinq postes. La CEPI de Labé par exemple, sur les 6 postes nous avons attribué un à l’UFR et un au PEDN. Quand vous prenez Dalaba, Pita, Mamou c’est la même chose. Même en Guinée forestière où d’autres partis ont eu plus que nous. C’est la même chose, quand vous prenez Beyla, à Kamadou et à Sinko où on a attribué au RPR de Diabaty Doré. Quand vous prenez à Bola dans Beyla on a attribué à l’UGDD (…) », a détaillé le député uninominal de Labé.

Dossier à suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 27 août 2019 à 17:32