Exclusif: La société turque Albayrak au cœur d’un scandale à Conakry...

Enquête
Des engins de la société turque Albayrak à la décharge de Dar es salam
Des engins de la société turque Albayrak à la décharge de Dar es salam

CONAKRY-Alors que le tollé suscité par son contrat concessionnel obtenu au Port Autonome de Conakry s’estompe à peine, la société Turque Albayrak se retrouve au cœur d’un scandale. Elle a été prise en flagrant délit d’exploitation illégale de la latérite au grand dépotoir d’ordure sis au quartier Dar-es-Salam dans la commune de Ratoma.

Des millions de mètres cube de terre rouge ont été prélevés et envoyés à une destination qui n’est pas connue officiellement. Les traces de cette exploitation sont encore visibles sur le terrain où nous nous sommes rendus.   

Interpelée, la Mairie de la commune de Ratoma qui parle d’une exploitation illégale a arrêté les travaux. Selon le constat fait par Africaguinee.com sur les lieux où Albayrak exploitait ce minerai, on trouve une grande carrière, des engins lourds comme des bulldozers, des poklens qui servaient à l’exploitation. Ces engins sont immobilisés par la commune de Ratoma depuis un certain temps.

Contacté par notre rédaction, la commune de Ratoma nous a confié qu’ils ont arrêté les travaux de cette exploitation illégale de la latérite du côté de Dar-es-Salam puisque la commune n’était pas officiellement saisie. Un responsable de la Direction Communale de l’Environnement de la Commune de Ratoma que nous avons rencontré a affirmé qu’au-delà de l’exploitation frauduleuse de la latérite, la Société Turque Albayrak restaurait à travers les ordures les endroits qu’ils exploitaient.

« Suite aux informations que monsieur le Maire a eu, il m’a chargé pour faire un constat au cas où le travail évoluait, de faire un arrêt les travaux. Arrivé sur le terrain, j’ai vu qu’Albayrak est en train de prendre de la latérite intensément. Au fur à mesure ils prenaient, ils cherchaient à restaurer à travers les ordures. Ce qui ne donne pas une bonne consistance au sol. La commune n’étant pas saisie moi j’ai fait un arrêt des travaux. Face à cela, les gens n’ont pas manqué de téléphoner à monsieur le maire (le défunt Souleymane Taran Diallo ndlr) pour lui demander de lever la sanction, nous n’avons pas levé la sanction parce que dans les conditions normales, lorsqu’il y a des prélèvements de la latérite au niveau des sites d’une localité les premières retombées doivent revenir à la localité. Lorsqu’une société prend la latérite dans une localité nous savons que les prestations sont payées et quand elles sont payées, les gens doivent payer nos agrégats si ce n’est pas payés alors ce ne sont plus les conditions normales. Il faut donc faire recours à la loi puisque la loi a prévu des sanctions au cas où les gens prenaient frauduleusement nos agrégats », a expliqué Fodé Moussa Bangoura.

Poursuivant ses explications, Fodé Moussa Bangoura ajoute qu’Albayrak a été demandé de fournir les documents qui attestent qu’ils ont l’autorisation d’exploiter la latérite à Dar-es-Salam mais en vain.

« Nous n’avons pas eu des documents qui attestent qu’Albayrak est autorisé à exploiter de la latérite au dépotoir de Dar-es-Salam. C’est pourquoi nous, nous avons catégoriquement arrêté les travaux puisque pour les laisser continuer leur exploitation il fallait nous présenter soit le document d’un département ministériel ou de la présidence. Donc on n’a pas eu de documents, on leur a demandé de nous fournir les documents et ces documents ne sont jamais venus du vivant du défunt maire de Ratoma et le ministère des mines ne nous a pas encore contactés sur cette affaire. Et il faut noter que ce sont des millions de mètre cube qu’ils (Albayrak ndlr) ont prélevé au dépotoir d’ordure de Dar-es-Salam, la quantité est énorme », a ajoutéFodé Moussa Bangoura.

Une source non-officielle a confié que la latérite était envoyée au Port. Dans quel but? Nous l'ignons pour l'instant. Toutes tentatives d’avoir la version des responsables de la société Turque Albayrak sont restées vaines pour l'instant.

Dossier à suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le Mercredi 03 juillet 2019 à 12:09

TAGS