Guinée : la CENI victime d’un "faux" procès !

Politique
Des responsables de la CENI
Des responsables de la CENI

CONAKRY-La commission électorale nationale indépendante (CENI) est sous les feux des projecteurs depuis quelques jours ! Dans les commentaires, supputations et déclarations qui reviennent assez souvent, il y a en toile de fonds le recrutement d’un « prétendu » opérateur international chargé de faire  la révision du fichier électoral guinéen.

L’institution électorale qui est au cœur de cette « polémique » a jusque-là préféré ne pas commenter officiellement ces accusations pour ne pas en rajouter à la controverse. Puisqu’en réalité rien de tout ce qui est en train de se dire n’est fondé sur la vérité.

Après la retraite de Kindia tenue du 30 avril au 05 mai, à laquelle (retraite) avaient pris part tous les acteurs impliqués dans le processus électoral, la CENI a envisagé l’acquisition d’un logiciel de gestion de la  base de données pour son site central. Ce logiciel de gestion une fois acquis sera la propriété exclusive de la Guinée. Cette option a un double avantage : Rendre le pays autonome dans la gestion de son fichier et en finir définitivement avec la dépendance envers les cabinets étrangers.

C’est un secret de polichinelle. Le transfèrement des données d’un opérateur à un autre depuis 2002 a drastiquement écorché le fichier. Du coup, cette migration presque perpétuelle fait qu’aujourd’hui beaucoup de données sont perdues.

Dans la perspective de l’acquisition de ce logiciel qui devrait tourner la page de la dépendance, la CENI a, selon nos sources, lancé depuis mi-mai dernier, un appel à candidatures, adressé à 09 sociétés ou cabinets d’ingénierie spécialisés, en vue de l’obtention d’un logiciel dédié à la gestion des bases de données du site central, pour ses besoins de mise à jour. Cinq cabinets auraient répondu. L’ouverture des plis des soumissionnaires se fait à la direction nationale des marchés publics. Ce processus suit son cours normal ; apprend-on. Pour l’heure, le recrutement de l’opérateur international chargé de la révision du fichier électoral guinéen, n’est pas à l’ordre du jour. D’autant plus que même les termes de références pour le choix de cet opérateur international et son binôme au plan local, ne seraient pas encore prêts.

Le  présent appel d’offres ne vise point  l’opérateur de révision du fichier électoral. Il porte plutôt sur la sélection d’un cabinet d’expertise informatique pour l’acquisition d’un logiciel de gestion de bases de données pour le site central de la CENI.

Désormais pour éviter de telles incompréhensions susceptibles de jeter le discrédit sur le processus en cours  ou encore distraire les commissaires qui  ont plus que jamais besoin de sérénité, la concertation devrait être de mise entre tous les acteurs afin d’assurer à la conduite du processus électoral toute la garantie nécessaire. Ce, dans un climat de confiance réciproque.

 Focus Africaguinee.com

Créé le Jeudi 20 juin 2019 à 15:11

TAGS