Décès d’Abdoulaye Bah : pourquoi l’enquête piétine ?

Justice
Abdoulaye Bah
Abdoulaye Bah

CONAKRY- C’est à peine croyable ! Le dossier d’enquête sur la mort du journaliste Abdoulaye Bah, décédé il y a un an reste introuvable au parquet du TPI de Mafanco. 

Notre confrère a succombé à ses graves blessures subies dans un accident tragique alors qu’il était en reportage sur l’insalubrité avec une équipe gouvernementale, dans la commune de Matoto, vers 4h du matin. Un an après, l’enquête piétine. Et le comble c’est qu’aujourd’hui, tout porte à croire que le dossier d’enquête a disparu dans les « tiroirs » du parquet de Mafanco. Cette hypothèse est d’autant plus vraisemblable que l’actuel procureur de ce tribunal ne sait pas où se trouve le dossier d’enquête. C’est du moins ce qu’il nous a confié.

« C’est un dossier que je n’ai pas trouvé en place. Je suis en train de mener des enquêtes de recherche pour le retrouver et savoir par où il est passé. Donc donnez-nous le temps », a déclaré M. Soriba Manè. Face à notre insistance, le procureur a ajouté que s’il avait le dossier en main, il n’aurait pas demandé le temps pour le chercher.

Le décès d’Abdoulaye Bah a suscité une onde de choc terrible en Guinée. L’auteur de l’accident qui l’a tué est toujours en cavale, alors que certaines pièces dont le véhicule accidenté sont sous scellées et mises à la disposition de la justice. Peu après le décès, les services de sécurité avaient lancé un avis de recherche avec photo à l’appui pour retrouver Ibrahima Sory Camara (considéré comme étant l’auteur). Certains proches de ce dernier avaient même été arrêtés dans le cadre de l’enquête, qui à l’évidence n’a pas abouti. Le commissariat de Matoto qui a mené les enquêtes préliminaires a transféré ses conclusions  au tribunal de Mafanco. Le procureur qui  avait en charge du dossier a été muté à l’intérieur du pays. Mais l’actuel procureur  Soriba Manè dit ne pas savoir où se trouve le  dossier.

Le Gouvernement, par la voix du premier ministre Kassory Fofana avait promis des enquêtes pour mettre main sur le conducteur du véhicule qui a fauché le journaliste à Matoto. ‘’Il subira les rigueurs de la loi’’, avait garanti le chef du gouvernement. Une promesse qui est restée lettre morte, puisqu’aucun acte majeur allant dans le sens de découvrir la vérité n’a pas posé, un an après les faits. Pendant ce temps, les proches de la victime s’impatientent. 

« Nous sommes constitués partie civile, on a engagé un avocat. Mais je dois avouer que la justice guinéenne est d’une lourdeur titanesque. Parce qu’elle n’arrive pas encore à mettre main sur Ibrahima Sory Camara, l’auteur de l’accident qui est toujours en cavale (…) Ce n’est pas ce qui va ressusciter Abdoulaye, mais chaque fois qu’il y a des disparitions dans des conditions tragiques d’un journaliste, nous souhaitons que l’affaire aboutisse. Il y a le cas Chérif, Abdoulaye, Koula, mais chaque fois, il n’y a pas de dénouement heureux. Ça commence à être une sorte de constance, mais vraiment une mauvaise constance. Il faut mette fin à ça », déclare Amadou Tham Camara, responsable du site Guineenews, qui employait Abdoulaye Bah. 

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1 

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 18 juin 2019 à 11:12