Elhadj Badru Bah, grand imam de Labé : "Allah ne nous oblige pas d’être polygames…"

Mariage
Elhadj Badru Bah, grand imam de Labé
Elhadj Badru Bah, grand imam de Labé

CONAKRY- L’adoption du code civil révisé continue de susciter des réactions en Guinée. Désormais, le mariage est soumis au régime de la monogamie pour tous les citoyens guinéens. Alors que les défenseurs des droits de la femme crient victoire, les détracteurs de cette loi dénoncent  un texte qu’ils considèrent être en déphasage avec les réalités socioculturelles et religieuses du pays.

Quelle est la position des religieux dans ce débat qui suscite beaucoup de passion au sein de la société guinéenne ? Interrogé par notre rédaction, Elhadj Badru Bah, le grand imam de la mosquée de Labé a apporté quelques précisions quant à la position de l’islam sur le mariage. Dans son argumentaire, le religieux cite le verset 3 de la Sourate du Saint Coran qui dit : « (…) Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre parmi les femmes qui vous plaisent, mais si vous  craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule (…) ce, afin de ne pas faire d’injustice ».

Selon Elhadj Badru Bah, Allah (nom que les musulmans utilisent pour désigner Dieu, ndlr) n’a pas dit qu’il est obligatoire pour les hommes d’épouser deux, trois, ou quatre femmes. « Le mariage, c’est une très bonne chose (…), mais ce que je veux dire : Allah ne nous oblige pas d’être polygames, il ne nous interdit pas non plus d’épouser jusqu’à quatre femmes. Mais il dit aussi que si vous êtes conscients de ne pas pouvoir être justes envers vos conjointes, alors épousez une seule femme. Ça explique tout. Car on sait l’homme n’est pas parfait », explique le religieux, qui précise cependant qu’il n’a pas fini de cerner la Loi sur le mariage qui vient d’être voté par les députés.  

« En ce qui concerne  la Loi qui vient d’être votée et que vous venez de citer, nous n’avons pas pu cerner encore tous ses contours. Je ne l’ai pas lu, j’apprends des choses dans le tas. Toutefois, si on dit que le futur conjoint  peut, au moment de la célébration du mariage, en présence de sa future conjointe  et avec l'accord explicite de celle-ci, déclarer qu'il opte pour la polygamie limitée à deux (2), trois (3) ou quatre (4) femmes qu'il ne peut dépasser, c’est un pacte, une entente. Il n’y a pas de mal à ça. Un homme peut discuter avec sa femme, si elle est d’accord d’avoir des coépouses, il n’y a pas de mauvais dans ça à mon avis », soutient-il.

Le code civil révisé dit que « le mariage est soumis au régime de la monogamie pour tous les citoyens guinéens. Toutefois, le futur mari peut, au moment de la célébration du mariage, en présence de sa future épouse et avec l'accord explicite de celle-ci, déclarer qu'il opte pour la polygamie limitée à deux (2), trois (3) ou quatre (4) femmes qu'il ne peut dépasser. Faute par l'homme de souscrire à l'une des options de la polygamie, le mariage est placé de manière irrévocable sous le régime de la monogamie, sauf dispense accordée dans les conditions prévues à l'article 282 du présent code. En l'absence d'accord entre les futurs époux sur l'option de la polygamie, l'officier de l'état civil ne peut célébrer le mariage ».  

Elhadj Badru Bah, prévient  que la raison pour laquelle l’Islam autorise d’épouser une, deux, trois ou quatre femmes, c’est parce qu’il y a un effet bénéfique. « Les femmes sont plus nombreuses que les hommes. En plus, l’Homme  a besoin d’un foyer. Si on dit que c’est un homme une femme, il n’y a pas de doute qu’il va y avoir un grand nombre de femmes qui n’auront pas de foyers. Tout ce que l’Islam préconise ou autorise, il y a un effet bénéfique derrière pour la communauté. Tout ce que l’islam proscrit, si l’on transgresse cette  proscription, le transgresseur  s’expose au malheur », avertit le leader religieux.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 11 mai 2019 à 18:30