Recrutement dans l’armée : Des candidats dénoncent des cas de corruption…

Armée
Image d'illustration
Image d'illustration

TOUGUE-Le recrutement lancé par le Gouvernement guinéen au sein de l’armée connait  des "magouilles" dans la phase de la présélection des candidats a appris Africaguinee.com. Plusieurs jeunes candidats dénoncent des cas de corruption tant à Conakry que dans certaines villes de l’intérieur du pays. Les jeunes postulants accusent les autorités locales de passer par la corruption pour sélectionner les candidats. Contacté par notre rédaction un jeune qui a réussi tous les exercices qui étaient prévus dans la phase de présélection, et qui était même parmi les 5 premiers lors de la course à pied, s’est étonné de voir son nom exclu de la liste des candidats retenus.

« Le cas du recrutement à Tougué ici m’a beaucoup étonné. Moi j’avais remplie toutes les conditions d’admission. Par exemple pour la course à pied, là-bas j’ai été le 5ème, pour les abdominaux, les pompes, tout ça j’avais rempli les 15 points. Et lorsque j’avais fini de faire tout ça, ils m’ont dit que j’avais bien fait, même le commandant du camp m’avait félicité en disant que j’avais bien fait.  J’ai même la vidéo avec moi ici. Maintenant que la liste est sortie, j’ai constaté que mon nom n’y était pas. Après ils m’ont demandé de partir à la Préfecture pour revendiquer, je suis allé avec un ami mais en vain je n’ai pas eu de suite. Tous ceux qui sont à la Préfecture par exemple le secrétaire général de la préfecture mais comme lui aussi il obéit aux ordres du Préfet, peut-être c’est eux tous qui m’ont volé », a dénoncé ce jeune qui a voulu garder l’anonymat.

Mécontent des magouilles qui entourent cette phase de présélection, il a annoncé une manifestation qui regroupera tous les exclus de manière illégale.

« Par après j’ai appris qu’il y a des gens qui payent pour qu’ils soient retenus. Si tu as une connaissance à la Préfecture ou bien si tu as de l’argent là on va te prendre pour que tu sois parmi les retenus. Il y a d’autres qui disent que des gens ont payé de l’argent pour être recruté mais moi je ne sais pas combien ils ont payé et à qui ils ont payé. Mais nous qui n’avons pas été retenus nous comptons organiser une manifestation avec tous nos parents pour demander qu’on soit rétabli dans nos droits », a-t-il ajouté.

Contacté sur ce cas, le préfet de Tougué a nié toutes les accusions de corruption dans cette affaire. Selon lui, le concourt a été fait devant tous les citoyens de Tougué de mainière transparente.

« Celui qui le dit c’est parce qu’il a échoué ou bien c’est parce qu’il veut juste hypothéquer la réalité. A Tougué le recrutement est sans précédent, on ne peut pas le comparer à d’autres parce que c’est l’ensemble des autorités qui a participé. Nous avons composé une commission présidée par le secrétaire général chargé de l’administration, nous avons ajouté la Direction de la Police Judiciaire, un délégué de l’éducation, un de l’hôpital, un membre de la société civile, le Directeur des Ressources Humaines, plus le colonel commandant de la gendarmerie, le colonel commandant du camp militaire, plus le colonel commissaire de la police, tous ceux-ci ont concouru au recrutement. Et les choses se sont passées à ciel ouvert devant tous les citoyens de Tougué au camp militaire. Ensuite lorsqu’ils ont fini de faire les premiers mouvements, il a été retenu 340 jeunes alors que le quota qui a été affecté c’est 200 jeunes. Après nous les avons mis à l’épreuve de dictée, à cette épreuve de dictée nous avons installé les concurrents et la commission s’est retrouvé devant tout le monde au lycée ensuite nous avons pris deux livres de niveau 10ème et 12ème et c’est après cet exercice que les 200 premiers ont été retenus », s’est défendu Abdourahmane Koyin Baldé avant de préciser que certaines personnes voulaient uniquement que ce soit les fils de la préfecture de Tougué qui soient retenus dans ce concours.

« Qui va nous parler de corruption ? Qui va corrompre qui ? Ce sont des enfants de Tougué, qui va tricher un enfant de Tougué au profil d’un autre ? Qui va prendre l’argent de qui ? Il y a eu par exemple des enfants de militaires, de policiers, de fonctionnaires de l’Etat qui sont à Tougué ici avec leur famille et ils ne voulaient pas entendre qu’on parle de ces enfants-là qui sont admis et qui ont le niveau. Ils voulaient par exemple qu’un enfant dont le papa vient de N’zérékoré parte là-bas pour s’’inscrire alors leur père est en train de servir à Tougué ici donc on ne peut empêcher l’enfant de participer », a affirmé le préfet de Tougué.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

 

Créé le Samedi 27 avril 2019 à 12:32