Guinée : Damaro dévoile le "secret" qui permettra à Alpha de rester…

Constitution
Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle
Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle

CONAKRY-Quelle est la « botte secrète » d’Alpha Condé pour rester au Pouvoir ? Alors que beaucoup craignent qu’il  modifie l’actuelle Constitution pour s’octroyer un troisième mandat, Amadou Damaro Camara a révélé à Africaguinee.com, "l’astuce" très "maligne" qui permettrait à l’actuel dirigeant guinéen de rester  au pouvoir sans faire "entorse" à la Loi.

« Que le Président veuille soumettre une nouvelle Constitution  à l’appréciation du peuple de Guinée, ce n’est que normalité. Maintenant, qu’on l’accuse de vouloir d’un troisième mandat, ça, ça  serait dans le cadre de la modification de la constitution actuelle. Mais on ne peut pas parler d’un troisième mandat, si c’est dans le cadre d’une nouvelle constitution, donc d’une nouvelle République », a averti Amadou Damaro Camara, chef de file de la majorité présidentielle au parlement.

La Constitution en vigueur donne la possibilité au Président de la République de proposer une nouvelle Constitution, tranche le parlementaire. « Il a ce droit, il peut l’exercer n’importe quand durant son mandat », dit-il, expliquant que tout texte juridique à connotation politique, il faut l’analyser sur trois aspects. Le contexte, l’esprit avant la lettre.

« La Constitution que nous avons a été écrite dans des conditions qui ne pouvaient laisser la place à l’innovation qu’à l’évolution au plus tard. Le contexte était un contexte d’exception, le guinéen avait peur du militaire, il voulait que le militaire aille au plus vite dans les casernes coûte que coûte à tout prix. Nous avons fait une Constitution. Et croyez-moi qu’on serait allé aux élections sans même une Constitution tellement que les guinéens étaient pressés que les militaires quittent », soutient ce haut cadre du parti présidentiel.

Pour Amadou Damaro Camara, l’actuelle Constitution a de nombreuses failles et insuffisances qu’il faille corriger. « La Guinée a été toujours à l’avant-garde du panafricanisme africain. Mais cette Constitution ne se réfère même pas à l’unité africaine dans aucune de ses dispositions. On s’en n’est pas préoccupé puisqu’on voulait avoir quelque chose pour que les militaires quittent la scène politique. Ce papier sorti n’a pas pu suivre la procédure normale. Cette constitution, il est vrai qu’elle a permis d’installer une Assemblée Nationale, elle a permis d’installer deux fois un président de la République, mais elle aura vécu. Pour les besoins de la Consolidation de la démocratie en Guinée, il nous faut quelque chose d’un peu plus », affirme le parlementaire.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 18 mars 2019 à 20:37