Football: Bantama Sow, dernier gardien de la fierté nationale?

Football

CONAKRY- Il y a 27 ans, le Sénégal étonnait le monde en organisant tout  seul la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) malgré ses faibles moyens. 1998, c'est le Burkina Faso, suivi quatre années plus tard par le Mali. Le point commun de ces pays? Une fierté et une volonté farouche de vendre leur image et construire des infrastructures pour la CAN!

Pour le rendez-vous de 2025 attribué à la Guinée,  le Sénégal, (éternel opportuniste sur le dos de la Guinée) veut encore tirer son épingle du jeu! Avec la complicité manifeste de certains cadres guinéens qui ne pensent qu'à la fête, le Sénégal a glissé une proposition de participer à l'organisation de la CAN avec la Guinée, la Gambie et la Mauritanie. Derrière cette "solidarité" se cache une réalité: le Sénégal veut  attirer les projecteurs et...les investisseurs pour intégrer le cercle des pays émergents d'ici 2030. Le paradoxe, c'est que cette proposition surréaliste du Sénégal a reçu un écho favorable de la part de certains cadres guinéens qui évoquent....le manque d'infrastructures en Guinée!

Pourtant en 1992, le Sénégal avait réussi seul à organiser la CAN sans l'aide de ses voisins! Pourquoi la Guinée en serait incapable 30 années plus tard?

Face au laxisme et le manque de fierté, une lueur d'espoir vient d'émerger: c'est Bantama Sow! Malgré les nombreuses polémiques dont il a le secret, le ministre des sports et de la culture vient de trancher en faveur de tous ceux qui rêvent enfin de voir la Guinée braver ses démons et fouetter son orgueil face à nos voisins qui profitent tous de la crise guinéenne. Bantama Sow vient de décliner poliment mais fermement la proposition sénégalaise de coorganiser la CAN  2025.

« La Guinée ne peut pas se camoufler derrière un pays pour dire que nous allons juste organiser la fête. Nous allons profiter de la CAN 2025 pour réaliser les infrastructures dans les plus grandes villes de notre pays. C’est soit la Guinée n’est pas prête à organiser, soit nous sommes prêts à organiser et nous l’assumerons », a tranché Bantama Sow au micro de nos confrères de Jeune Afrique.

Au lieu de se déchirer et s'insulter sur la place publique, les guinéens peuvent enfin saisir cette opportunité pour redorer l'image de leur pays.

Affaire à suivre...

Africaguinee.com

 

Créé le Samedi 26 janvier 2019 à 13:44