Protection de l’environnement et conservation de la biodiversité, une priorité à la Compagnie des Bauxites de Guinée…

Mines

SANGAREDI- Le respect des normes environnementales est une priorité dans les opérations de la Compagnie des Bauxites de Guinée. La conservation de la biodiversité dans ses zones d’exploitation est une réalité visible sur le terrain. 

Outre le respect des normes environnementales, la sécurité dans le transport sur la route nationale Boké-Sangarédi est également une priorité de la compagnie. Pour éviter tout croisement avec les véhicules ordinaires et ceux de la compagnie, un tunnel a été construit pour supprimer l’usage commun de la nationale. Une façon aussi de permettre aux engins de la CBG de travailler sans arrêt.  L’ouvrage a coûté environs 1.300 000 dollars US. Un pont a aussi été construit sous lequel le train passera désormais sans aucun risque d’accident sur la route nationale.

La CBG traduit son souci majeur de préserver la nature par la mise en place d’une section qui s’occupe de la biodiversité. Celle-ci travaille sur le terrain pour respecter les conventions à cet effet. Barry Mamadou Lamarana, intérimaire du responsable biodiversité à la CBG explique le processus : 

« En matière de protection de la biodiversité, nous essayons de nous conformer aux standards les plus élevés, notamment le standard numéro 6 de la SFI (Société Financière Internationale, Ndlr). Il y a un document qui est en parfaite harmonie avec ce numéro qu’on appelle le système de gestion de la biodiversité. Nous nous conformons strictement à ça. Notre équipe est sectionnée en différents sous-groupes que sont: un technicien faune, un technicien flore, un technicien réhabilitation et restauration écologique, un agent d’inspection et base de données. Tout ce que nous faisons est géo-localisé pour nous permettre d’analyser l’interaction entre l’opération et les éléments de la biodiversité. Les exemples de nos actions sur le terrain, prenons la réhabilitation de cette route qui est une ancienne tracée de la COBAD que nous sommes en train de restaurer, nous avons les regarnissages que nous faisons à l’issue des différents suivis ; il y a aussi la réhabilitation de nos carrières. La réhabilitation consisterait juste à revitaliser la zone mais nous allons plus loin en procédant à la restauration écologique. Les anacardiers ne peuvent pas consister en une restauration écologique il faut planter des espèces locales comme le ‘’néré’’,le‘’lingué’’qui sont utilisés tant par les humains que les animauxSur les abords de cette route, en sa partie réhabilitable, nous avons 13,5 hectares restaurés en commun accord avec la communauté. Nous sommes obligés de réhabiliter tout espace dégradé par le  fait  de nos activités sur le terrain», a expliqué M. Barry. 

48408100_217092299242893_7533760326701940736_n.jpgL’usage commun de la route nationale Boké-Sangaredi par les engins de la CBG et les simples usagers de la route a été séparé par un tunnel. Ce, pour prévenir les risques d’accident. C’est par ce tunnel que les camions de la compagnie traversent. Un pont a été également construit sous lequel passe le train sans aucun risque de croisement avec les usagers ordinaires. 

«  Ce tunnel que vous voyez là est l’un des ouvrages du projet Parawi. Parawi c’est le plateau sur lequel nous nous trouvons là. C’est la suite logique de l’exploitation minière de la CBG. On a au moins 8 à 10 plateaux que nous devrions exploiter pour  l’extension et pour notre production future. On a fait ce tunnel, vous remarquerez au-dessus du tunnel c’est un pont pour le passage des camions de 100 à 110 tonnes pour aller de l’autre côté de l’aire de stockage. C’est purement pour la sécurité des usagers de la route. De l’autre côté c’est la route nationale Boké-Sangaredi. Nous ne voulons pas faire un passage à niveau où les gens vont tendre la corde. C’est purement sécuritaire, ça ne peut pas arrêter notre production (…). C’est dans ce but que la CBG a investi pour réaliser cet ouvrage. Le tunnel à lui seul c’est aux environs de 800,000 dollars US. Le métal seulement a coûté ce montant sans compter l’exécution ; le tout confondu a couté près 1.300 000 dollars US. De l’autre côté, le train passe sous la route nationale.  

48393996_1574259316053833_7281368433273339904_n.jpgPar-là, les camions passent au-dessus de la route nationale. Le tunnel est de 5 mètres de hauteur. Nous avons même ajouté 20 centimètres » a précisé Sekou Bereté, ingénieur des mines,  directeur de la mine de CBG à Sangaredi. 

Après la présentation du programme para-botaniste, la journée de ce jeudi 20 décembre a aussi été marquée par la visite des infrastructures réhabilitées sur l’ancienne route COBAD, l’inauguration du forage de Kagnaka, commune rurale de Sangaredi, l’inauguration de l’école de Fofodoro et de puits améliorés dans Daramagnaki, préfecture de Telimelé, mais aussi l’inauguration de la mairie de Sangaredi, le tout financé par la Compagnie des Bauxites de Guinée.

 

Alpha Ousmane Bah

Envoyé spécial d’Africaguinee.com

Tél. : (00224) 664 93 45 45

Créé le Vendredi 21 décembre 2018 à 13:58

TAGS