La CBG, un modèle dans l’accompagnement et le soutien des communautés…

Mines
Le Directeur Général de la CBG au milieu des communautés
Le Directeur Général de la CBG au milieu des communautés

KAMSAR /KOLABOUI-Créée en 1963 par une convention signée entre le Gouvernement de la République de Guinée et HalcoInc, la CBG (Compagnie des Bauxites de Guinée) a considérablement contribué à l’amélioration des conditions de vie des populations impactées par ses activités. Elle a injecté plus de 40 millions de dollars en faveur des communautés des préfectures de Boké, Gaoual et Telimelé entre 1987 et 2016. 

Depuis 2010, la CBG soutient la création des TPE (Toutes petites entreprises) à travers un fonds revolving de 200 000 dollars US. Ces TPE favorisent l’emploi des jeunes et des femmes. Elles sont soutenues par des personnes expérimentées qui les encadrent. En 2017, la CBG a lancé le projet d’appui aux activités génératrices de revenus dans le but d’améliorer les conditions économiques des populations impactées par ses opérations.

Ce mercredi 19 décembre 2018, la CBG a orienté les journées portes ouvertes aux TPE, aux groupements de femmes mareyeuses et à l’inauguration de certaines infrastructures construites en faveur des communautés.

Le respect du contenu local par les compagnies minières tient à cœur le président de la République qui ne cesse de le rappeler. A la CBG le respect du contenu local est une tradition qui date de 1973.C’est inscrit dans la convention locale qui lie la CBG et l’Etat guinéen. La mise en place des TPE (toutes petites entreprises) qui  date de 2010 répond à cette préoccupation. Et c’est bien avant que la lettre de politique nationale ne soit mise en vigueur par l’Etat guinéen. Ces différentes TPE emploient plus de 1 800 personnes dans des domaines d’activité aussi diverses que variées. Nettoyage, assainissement, entretien des maisons et des terrains etc. 14 TPE ont bénéficié des fonds revolving

« En dehors de ça même, il faut signaler que la CBG en soit a 90% de ces employés qui sont guinéens. Quand vous prenez aussi tout ce qui est sous-traitance en termes d’approvisionnement, c’est une vingtaine d’entreprises locales qui travaillent au compte de la CBG y compris ces TPE. Il y a un fonds global de 200,000 dollars disponibles qu’on alloue aux TPE. Toute TPE qui est prête, on l’alloue le montant déjà identifié au départ, le fonds est là comme un micro crédit, après les activités ils remboursent le montant prêté sans intérêt », a déclaré Habib Diallo, surintendant relations communautaires.

Au centre de surveillance et de protection des pêches de Kamsar, Rouguiatou Bangoura cheffe du groupement des femmes mareyeuses exprime sa reconnaissance à l’endroit de la CBG. Sa vie ainsi que celle des membres de son groupement ont drastiquement changé grâce à l’appui de la CBG et à son partenaire la CECI.

48387301_474454236414270_6424145084714844160_n.jpg« Nous ne poumons pas exprimer toute l’immensité du bénéfice que nous avons à travers ce groupe. Moi par exemple j’ai deux pirogues de pêche, avec ça je nourris des personnes, j’ai construit une maison et en plus je traite d’autres affaires grâce aux revenus de cette activité de poisson. Dans mon groupement il y a 75 personnes. Au 15 de chaque mois, on tient une réunion au cours de laquelle on paye chacun 250.000 GNF. Pour celles qui n’ont pas de moyens dans notre groupement, c’est une partie de cet argent qu’on leur remet pour qu’elles aussi fassent du commerce. Nous les 75 personnes, nous avons toutes un peu de revenu actuellement, il y en a qui ont fait des soubassements et d’autres ont même déjà fini de construire. Depuis que nous avons cette activité, c’est l’aide de la CECI en collaboration avec la CBG. Si on a des revenus aujourd’hui c’est grâce à l’appui de cette collaboration entre la CECI et la CBG. Ils nous ont donné des formations afin de nous permettre d’écrire, de faire des calculs sur des machines. Nous faisions cette activité dans le noir, nous n’étions que de simples commerçantes, mais grâce à leur aide nous avons aujourd’hui une ouverture d’esprit, aujourd’hui nous pouvons déposer notre argent dans des banques et désormais nous avons une idée de comment faire circuler notre argent», a expliqué madame Bangoura. 

st_cbg.pngA Kansita dans Kolaboui, le Directeur Général de la Compagnie des Bauxites de Guinée, Souleymane Traoré, a mis l’accent sur la portée de ces aides à l’endroit de la communauté dans les différents secteurs. 

« Dans le cadre de notre programme de contribution au développement communautaire, la sous-préfecture de Kalaboui, précisément à Kansita, a bénéficié de ces infrastructures scolaires accompagnées d’un forage de la part de la CBG. C’est ce mercredi que nous l’avons inauguré. Je suis personnellement rempli d’un grand sentiment de fierté quand on sait l’importance des ressources humaines, il n’y a pas de développement sans les ressources humaines et tout commence par l’école. C’est une école primaire qu’on vient d’offrir à ce village. Si la formation à la base n’est pas assurée on ne pourra pas récolter un produit satisfaisant, le reste du parcours académique sera très compliqué. L’école compte 3 salles de classe, un bureau pour le directeur, des latrines, un forage. Le coût global est de 450 millions GNF. Ça permet aux enfants de la localité de ne pas parcourir plus de 3km pour se rendre à l’école. Nous avons voulu éviter qu’ils arrivent fatigués à l’école, rentrer à la maison puis revenir le soir », a expliqué le Directeur Général de la CBG. 

48385467_300801707232788_8097940792548524032_n.jpgLe secteur de Kansita, dans le district de Songolon situé à 3 kilomètres de Kolaboui centre est le bénéficiaire de cette école. Lors de la remise des clés, le maire de Kolaboui, Ansoumane Koumbassa a promis que la communauté prendra soin de ce bijou avant de remercier la CBG.

 «  Tout le monde est mobilisé et engagé pour cette école, tous les enfants qui ont l’âge d’aller à  l’école seront tous envoyés. J’avoue que c’est la seule école de la localité, elle est entre trois villages, les enfants de ces trois villages peuvent venir étudier ici sans problème. Nous félicitons la CBG et nous l’encourageons pour les gestes à l’endroit de la communauté. De notre côté cette école sera entretenue. Au moins nous aurons 80 élèves qui vont  étudier dans cette école », s’est réjoui le maire. 

La compagnie des Bauxites de Guinée a un budget de 600.000 dollars exclusivement consacré à l’appui des communautés en termes d’infrastructures scolaires, sanitaires et d’accès à l’eau potable. Un autre fonds de 200,000 dollars est dédié au développement des activités génératrices de revenus. 

La CBG a engagé des projets majeurs d’extension pour atteindre à l’horizon 2021 une capacité de production de 25 millions de tonnes de bauxite par an. La première phase prendra fin dans les prochains mois avec une capacité de 18,5 millions de tonnes par an. Un projet de réaménagement de la zone de Parawi est en cours afin d’accéder à de nouveaux plateaux bauxitiques dans la zone du Cogon-Sud. Le coût total de la phase 1 et 2 du projet est estimé 1,3 milliards de dollars.

 

Alpha Ousmane Bah

Envoyé spécial d’Africaguinee.com

Tél. : (00224) 664 93 45 45

Créé le Jeudi 20 décembre 2018 à 10:22

TAGS