.

Gel des salaires: le Gouvernement a-t-il été "injuste" envers certains enseignants?

Facebook icon Twitter icon
Grève des enseignants
Mory Sangaré, Ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation
Mory Sangaré, Ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation

MAMOU-Le gouvernement guinéen  a mis sa menace à exécution en gelant les salaires des enseignants grevistes. Mais cette mesure prise par les autorités suscite déjà des polémiques. Certains enseignants qui ne suivent pas le mot d’ordre déclenché par Aboubacar Soumah ont vu leurs salaires du mois d’octobre gelés alors que depuis l’ouverture ils dispensent des cours. Une situation d’injustice qui les met en colère.

«Depuis le 3 octobre je partais tous les jours à l’école pour dispenser des cours. Mes collègues enseignants étaient tout le temps derrière moi pour me dire de ne pas venir à l'école. Mais je n'ai pas accepté. Je voulais éviter ce gel de salaire. J'ai une famille et je n’ai aucune autre source de revenue. Aujourd'hui, je suis venu en banque mais je n'ai rien trouvé sur mon compte. (…) On nous a dit qu’il y a une liste d’enseignants dont les salaires ont été gelés à la DPE. Je suis venu et j'ai vu mon nom sur la liste. Le DPE nous a dit que  nous devons repartir à l'école si nous voulons être payés», a  témoigné cet  enseignant très en colère.

Lire aussi-Des élèves lancent un appel à leurs professeurs : « On veut étudier… »

Cet autre professeur de mathématiques reconnaît avoir observé le mot d'ordre de grève. Mais selon lui, ce ne sont pas seulement les salaires des grévistes qui ont été gelés. Il dénonce un “deux poids deux mesures”.

«J'ai observé le mot d'ordre de grève lancé par le SLECG d'Aboubacar Soumah du début jusqu'à maintenant.  Je compte aussi continuer.  Ils ont choisi des personnes dont les noms ont été remontés. Beaucoup de nos collègues qui étaient à la maison avec nous ont été payés. C'est injuste. Sinon qui est le premier gréviste à Mamou ? C'est le secrétaire général du SLECG. Mais lui, il a été payé. Ils sont en train de cibler. Ils nous ont dit que si on recommence les cours nous serons payés. Mais moi c'est seul Aboubacar Soumah qui peut me demander de reprendre à donner les cours», dira cet autre enseignant.  

Malgré le gel de leurs salaires, les enseignants n’entendent pas lâché du lest. Aboubacar Soumah fort du soutien qu’il vient d’obtenir avec la FESABAG veut faire plier le Gouvernement sur les huit millions.

Habib Samake

Correspondant régional

D'africaguinee.com à Mamou

Tel: (00224)626 702 571

 

Créé le Dimanche 04 novembre 2018 à 12:55

TAGS