.

Damaro: "pourquoi c’est impossible de payer 8 millions aux enseignants…"

Facebook icon Twitter icon
Revendications des enseignants
Amadou Damaro Camara, Président du Groupe Parlementaire RPG arc-en-ciel
Amadou Damaro Camara, Président du Groupe Parlementaire RPG arc-en-ciel

CONAKRY-Alors qu’Aboubacar Soumah continue de durcir le ton vis-à-vis du Gouvernement, l’honorable Amadou Damaro Camara lance un appel, excluant cependant un salaire de base à hauteur de huit millions.

Le parlementaire demande aux enseignants d’être « raisonnables » dans leurs revendications, car selon lui, « il est difficile de croire qu’on peut donner 8 millions de salaire de base » dans le contexte économique actuel du pays.

« Je n’ai aucun problème à ce que l’on paye vraiment nos enseignants qui doivent préparer l’avenir de nos enfants. Mais faut-il que ça soit des enseignants. C’est n’est pas ceux qui sont rentrés à la fonction publique avec le statut d’enseignant mais qui évoluent ailleurs. Je ne vais pas payer des primes de craies à un journaliste qui est enseignant mais qui travaille à la radio. Je ne vais pas payer les primes de la quatrième zone qui sont de 400 mille ou de 500 mille, à un enseignant supposé être à Yomou ou Koundara alors que le Monsieur est sous la climatisation ici à Conakry parce qu’il a le statut d’enseignant. Je ne vais pas aussi continuer à payer de l’argent à plus de 7000 enseignants qu’on ne retrouve nulle part  dans le secteur éducatif », a déclaré le parlementaire qui a été interrogé par un journaliste d’Africaguinee.com.

L’école guinéenne est paralysée depuis l’ouverture des classes le 03 octobre dernier. Lassés de rester à la maison ou de venir en classe sans étudier, les élèves multiplient les manifestations dans le pays. Ce samedi le Chef du Gouvernement qui était en déplacement en province a été titillé par des femmes qui scandaient en chœur « les enfants à l’école ». Pendant que la crise s’enlise, l’honorable Damaro pense qu’il faut s’assoir autour de la table pour discuter autour du possible pour trouver une solution.   

« Je crois que nos enseignants sont nos cadres. On devrait pouvoir être autour de la table pour étayer tout cela et redistribuer l’argent indûment perçu par ceux qui n’en ont pas droit, à ceux qui en ont le droit.  Le syndicat à mon sens est là pour négocier mais la négociation doit toujours être faite autour du possible. Alors s’il y a bien des enseignants en Guinée et qui sont de l’ordre de 50 mille mais il y a aussi 12 millions de guinéens et il y a un besoin d’investissement pour nous tous en routes, en hôpitaux en écoles mêmes. Mais si on met tout en salaire on risque de ne pas satisfaire la grande majorité des guinéens. C’est toujours difficile de croire qu’on peut donner 8 millions de salaire de base. Dans l’enseignement nous avons des moniteurs, des moniteurs adjoints, des instituteurs, des professeurs. On ne peut pas donner qu’à même 8 millions de salaire de base à tous ceux-ci, soyons raisonnables », a tranché le parlementaire.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Dimanche 04 novembre 2018 à 13:09