Assassinat de Samba Diallo à Cosa : un gendarme indexé…

Manifestation de l'opposition à Conakry
Image d'illustration
Image d'illustration

CONAKRY-Qui a tué Mamadou Samba Diallo à Cosa le mardi 23 octobre 2018 ? Originaire de la préfecture de Gaoual, ce jeune âgé seulement de 18 ans, plombier de son état, a une histoire qui sort de l’ordinaire. Orphelin de père, Samba Diallo a un déficit auditif. Il est sourd. Sa maman, veuve est restée au village alors qu’il vivait chez son oncle en apprenant son métier. Il a reçu une balle mortelle à Cosa à l’occasion de la marche appelée par l’opposition républicaine. Dans quelles circonstances Mamadou Samba Diallo a-t-été fusillé ? Rencontré par un reporter d’Africaguinee.com, un membre de sa famille a raconté la scène affirmant que la victime a été tuée par une balle tirée par un gendarme.

 « Le jeune qui a été tué est mon neveu. Sa maman est ma petite sœur qui vit actuellement à Gaoual mais son père est décédé. Il est apprenti plombier et il a 18 ans. Il vie chez un autre jeune frère qui s’appelle Mamadou Bailo qui est boulanger de profession. Hier j’étais là, le matin je suis venu couvrir les manifestations. Je suis resté jusqu’à 15h vers le carrefour Cosa, je me suis retourné à la maison pour envoyer mes images. Après vers 16 h, je suis revenu au carrefour parce que j’ai appris que ça n’allait toujours pas et qu’il n’y a pas de passage. Quand je suis revenu, effectivement j’ai constaté qu’il n’y avait pas de passage. Mais du grand carrefour de Cosa jusqu’au niveau des deux voies Petit-Symbaya et Contéyah marchaient parce que les forces de l’ordre avaient maitrisé les enfants en les repoussant vers le quartier. (…). J’étais là pour observer. Entre temps j’ai entendu le bruit d’un coup de feu.  Mais étant un peu loin, je ne savais pas si c’était un tir de sommation ou bien si réellement quelqu’un était touché. C’est après que j’ai appris qu’ils ont touché quelqu’un. Je savais qu’au carrefour là dès que quelqu’un est touché, on l’a amené chez Dr Tayebata. Donc j’ai foncé directement là-bas pour voir qui a été touché. Au début je n’ai pas reconnu le petit parce qu’il y avait trop de brouhaha, les gens étaient agités. C’est par la suite lorsque je l’ai vu, je l’ai reconnu. J’ai compris qu’effectivement c’est mon neveu », a expliqué Cellou Binany. 

Une plainte contre X a été déposée ce mercredi au TPI de Dixinn pour le meurtre de ce jeune de 18 ans. Mais la famille a un infime espoir sur l’aboutissement de cette enquête. Elle se tourne vers Dieu, priant que l’auteur de ce crime soit puni. 

 « Ce petit là est sourd. Il n’entend pas bien. Et le matin il a quitté la maison à 7h du matin. D’habitude quand il va il revient, mais hier il n’est pas revenu jusqu’à ce qu’on ait appris sa mort. Après avoir reçu la balle, les jeunes qui l’ont pris pour l’envoyer chez Dr Tayebata ont affirmé que c’est un gendarme qui était rentré dans le marché et dès qu’il est ressorti il a tiré sur le petit. Je suis revenu à l’endroit du crime, j’ai vu où il est tombé. Par rapport à un angle, j’ai vérifié là-bas et j’ai retrouvé la balle qui l’a touché, ce matin-là j’ai retrouvé ça. On se remet à Dieu, nous voulons que Dieu fasse le jugement pour nous. Que ça soit un policier ou un gendarme comme il a été tué par balle que Dieu nous aide à trouver le coupable et le punir», a formule ce proche de la victime. 

 

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Créé le Jeudi 25 octobre 2018 à 20:05