Guinée : Expertise France tient son dernier comité de pilotage au compte du projet TWIN2H.

Santé

CONAKRY- Expertise France a tenu ce mardi 9 octobre 2018 son dernier comité de pilotage du projet TWIN2H présidé par le ministère guinéen de la santé. Cette rencontre a été mise à profit par les responsables des différentes structures sanitaires concernées par ce projet de faire le point sur les activités menées sur le terrain et d’apporter d’autres recommandations à l’endroit du ministère de la santé. Les activités du projet TWIN2H étaient exclusivement axées sur l’hygiène hospitalière et sur le contrôle et prévention des infections dans les hôpitaux.  

Laurent Barbot, Conseiller Coopération et d’Action Culturelle à l’Ambassade de France en Guinée parle de ce projet tout en expliquant les raisons qui les ont motivés à l’initier. 

« Aujourd’hui nous venons de tenir le dernier comité de pilotage du projet. Ce projet de 3 millions d’euros est une des actions de solidarité de la France, qui est un projet particulier, innovent, original parce qu’il répondait à une nécessité d’urgence mais aussi qui est inscrit dans la durée puis qu’il a été fait un constat qu’il y avait eu un affaiblissement des règles d’hygiènes dans les hôpitaux. Encore quelques années, les hôpitaux guinéens étaient exemplaires mais malheureusement ça c’est un petit peu baissé. Donc il était nécessaire de prendre ces thématiques sur l’hygiène hospitalière. Donc réapprendre les bonnes pratiques en matière d’hygiène et les pratiques de base comme le lavage des mains, la stérilisation des matériels entre autres, avec beaucoup de formations et de renforcement des comités d’hygiène et de sécurité dans 10 structures hospitalières nationales et régionales ainsi que 6 centres privés », a-t-il expliqué. 

La responsable de pôle de Département Santé à Expertise France a expliqué à son tour que dans le cadre du projet TWIN2H, son service a eu à réaliser plusieurs thématiques sur l’amélioration des conditions sanitaires dans plusieurs hôpitaux en Guinée. 

« D’abord Expertise France a travaillé sur la gouvernance, l’hygiène en milieu des soins. Là, on a travaillé avec les comités d’hygiènes et de sécurité qui existaient déjà mais qui étaient un petit peu en sommeil, qu’on a essayé de redynamiser. L’autre axe, c’est à côté du ministère de la santé, l’OMS et JHPIEGO, c’est sur le renforcement des compétences, là on a envoyé des partenaires guinéens en formation au Burkina sur un diplôme universitaire sur l’hygiène en milieu des soins. 9 personnes sont formées et qui sont maintenant mises à la disposition du ministère de la santé guinéen pour pouvoir continuer à développer ses activités sur la prévention et le contrôle des infections. Ensuite, on a travaillé avec tous les professionnels de santé de l’hôpital sur le Concernement. Le Concernement c’est le fait dans un hôpital ou un lieu de vie d’être directement concerné par les problématiques sur l’hygiène. L’autre élément sur lequel on a travaillé avec les structures c’est pour pouvoir travailler sur la prévention et le contrôle des infections. Il faut un minimum d’équipements. Il faut évidemment de l’eau, il n’y a pas d’hygiène sans eau. Donc là aussi on sait que sur la problématique de l’eau et de l’assainissement il y du travail à faire en Guinée en général, et dans les hôpitaux en particulier. Donc nous on a doté des structures sanitaires avec lesquelles on a travaillé des petits équipements pour pouvoir faciliter une bonne hygiène de ces structures », a souligné Sandra Perrot.

Le Directeur National des Etablissements Hospitaliers et de l’Hygiène Sanitaire a quant à lui promis que le ministère de santé prendra en compte toutes les recommandations qui ont été faites lors de cette dernière rencontre.

« Les témoignages que les différents acteurs ont fait ici aujourd’hui ont marqué essentiellement la réussite de ce projet. Et j’espère pour ma part que le ministère de la santé va appliquer les recommandations de cette 4ème rencontre du comité de pilotage à la lettre, pour essayer de capitaliser ce qui a été recommandé dans ce projet. Parce que comme vous l’avez remarqué, depuis que ce projet a été introduit on ne parle plus depuis un certain temps de choléra en Guinée », a conclu Dr Aboubacar Conté.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 18 octobre 2018 à 18:10