Guinée : du gaz non conventionnel a t-il été utilisé contre des manifestants ?

Manifestation à Conakry
Des policiers à Conakry
Des policiers à Conakry

CONAKRY- Quel type de gaz lacrymogène les forces de l’ordre ont-elles utilisé contre les forces sociales et les syndicats lors de la manifestation du lundi 23 juillet dernier ? Les services de maintien d’ordre ont-ils fait usage d’armes non conventionnelles pour empêcher la manifestation des mouvements de la société civile et des syndicats ? 

Plus d’une semaine après cette marche avortée, plusieurs syndicalistes et des membres des forces sociales se plaignent de troubles respiratoires. Ils accusent les forces de l’ordre d’avoir utilisé un gaz « non conventionnel » pour disperser la foule.

Abdoulaye Camara, le vice-président de la commission négociations de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée fait partie des personnes souffrant de problèmes respiratoires. Il serait actuellement alité dans un centre hospitalier de la place. 

Mamadou Mansaré, le porte-parole de l’inter centrale CNTG-USTG est lui aussi malade. Il n’est pas alité mais lui aussi se plaint de troubles respiratoires. 

Mamadou Bailo Barry, jeune activiste de la société civile, Président de l’ONG « Destin en main », se souvient de cette journée : « J’ai l’habitude d’être gazé à l’occasion des manifestations, mais le gaz que nous avons inhalé ce jour est spécial ».

Comme certains syndicalistes, Bailo Barry se plaint de douleurs au niveau de la gorge. Aujourd’hui, il souhaite qu’une enquête soit ouverte pour déterminer la nature du gaz qui a été utilisé ce lundi 23 juillet 2018 contre eux.

A suivre…

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 31 juillet 2018 à 19:27