.

Menaces des syndicats : pourquoi le Gouvernement campe sur sa position ?

Facebook icon Twitter icon
Hausse du prix du carburant
Dr Ibrahima Kassory Fofana, le Premier Ministre guinéen
Dr Ibrahima Kassory Fofana, le Premier Ministre guinéen

CONAKRY- Malgré la pression des syndicats et de la société civile, le Gouvernement guinéen campe pour le moment sur sa position. Aucun réajustement du prix du carburant à la pompe n’est envisagé pour le moment par l’équipe du Premier Ministre Kassory Fofana.

Alors que la société civile promet de passer à la vitesse supérieure dans les prochaines heures, le Gouvernement guinéen invoque des pertes énormes subies par l’Etat à cause de la subvention du carburant.

« Au delà des dispositions du protocole d’accord tripartite du 19 février 2016 qui engageait le Gouvernement à maintenir le prix du carburant à GNF 8.000 jusqu’en décembre 2016, le Gouvernement a maintenu ce prix jusqu’au 30 juin 2018 et ceci en dépit de la forte hausse des cours mondiaux du pétrole qui sont passés sur la période de 46 dollars à enciron 78 dollars, soit une variation de 69% », a rappelé le Ministre de la Communication Amara Somparé.

Le Gouvernement soutient également que l’Etat a perdu plusieurs centaines de milliards de francs guinéens dans la subvention accordée au secteur pétrolier. 

« Le maintien du prix du carburant à GNF 8.000/litre a contraint le Gouvernement à consentir des subventions de plus en plus fortes sous forme de renonciation partielle à ses droits et taxes. Ainsi, d’Octobre 2017 à Juin 2018, le montant cumulé de la subvention consentie par le Gouvernement se chiffre à un montant global d’environ GNF 765 milliards. Il s’agit d’une perte d’environ 100 milliards par mois pour le trésor public », poursuit le Ministre Amara Somparé.

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 11 juillet 2018 à 11:43

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS