.

Kankan : le Gouverneur Garé et le préfet Aziz Diop défient-ils la Justice ?

Facebook icon Twitter icon
Echos de nos régions
Le préfet Aziz Diop et le Gouverneur de la région de Kankan, Mohamed Garhé
Le préfet Aziz Diop et le Gouverneur de la région de Kankan, Mohamed Garhé

KANKAN-Assignés en justice pour non-assistance à personne en danger, le Gouverneur de la région administrative de Kankan Mohamed Garé, et le préfet Aziz Diop refusent de répondre, sans motifs valables.

Ils ont été convoqués au Tribunal de première instance de Kankan à maintes reprises pour répondre des faits survenus lors du conflit sanglant ayant opposé  le 11 juin dernier, les villages de Sélemoussaya et Madina dans la sous-préfecture de Baténafadji.

Mais tous ont brillé pour une énième  fois par leur absence. Cet acte de défiance n’est pas du goût du Tribunal qui a promis de prendre des dispositions pour les faire venir lors de la prochaine audience prévue le 16 juillet prochain.

Ces administrateurs territoriaux sont convoqués pour atteinte à la liberté individuelle  et entrave à la mesure d’assistance à personne en danger. Des faits prévus et punis respectivement par les articles 297 et  643 du code pénale .Le trio des administrateurs (Mohamed Garé gouverneur de la région administrative de Kankan, Aziz Diop préfet,  Mamady SOUARE sous-préfet de Batenafadji) qui devrait faire leur première comparution au TPI de Kankan le Mardi 26 Juin  a brillé par leur absence et le procès a été reporté pour ce lundi 02 juillet.

Ce sont des citoyens proches  du village Madina qui ont assigné en justice les autorités administratives de la région de Kankan. La plainte a été déposée depuis le 11 juin dernier par les nommés Billinba N’Faly Keita cultivateurs à Kourala dans Balato (Kouroussa) et Mamady Keita  commerçant originaire de Baténafadji.

Selon maître Tenin Touré, l’avocate  constituée par les communautés de Madina, il y a eu l’inaction totale de l’administration notamment le sous-préfet pour éviter le confit. « Le sous-préfet était sur le terrain. En principe, s’il y a attaque, il  est la première personne qui doit informer le préfet et ainsi de suite. Mais ce jour là, de 8heures à 19 heures, il n’y avait aucun service de sécurité », dénonce maitre Touré.

Poursuivant, elle ajoute que les gens s’entretuaient pendant 11 heures sans aucun secours. Pour  Tenin Touré, 135 cases, plusieurs champs d’anacarde  ont été brûlés à Madina tandis que des citoyens ont été attaqués par balles. « C’est comme si on était en état de guerre. Jusqu'à présent, le gouverneur ne s’est pas rendu sur le lieu », fustige-t-elle.

De sont côté, le procureur de la République  prés le TPI  de Kankan, Ibrahima Kabéle BANGOURA a expliqué qu’un tel procès requiert la présence des prévenus assisté de leur avocat. L’absence répétée des prévenus agace le ministère public qui promet de d’user  de son pouvoir pour les faire  venir a la barre dans deux semaines. «  Je  ferais tout ce qui est possible pour les faire venir au tribunal lors de la prochaine audience », s’est engagé Ibrahima Kabele Bangoura.

Si ces administrateurs territoriaux arrivaient à refuser à se présenter devant le tribunal à la prochaine audience, l’avocate  maitre Ténin Touré n’excluent pas de demande un mandat d’arrêt ou un mandat d’amener contre ces autorités.  Il faut rappeler que l’affrontement entre ces deux villages  avaient  fait au moins un mort, une dizaine de  blessés  graves et assez de dégâts matériel.

Depuis Kankan,Amadou Oury Souaré

Correspondant régional d’Africaguinee.com

Tel : (+224) 656 44 26 28 

 

Créé le Vendredi 06 juillet 2018 à 16:37

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS