Djenabou Diallo victime de l’incendie à Entag: ‘’Je me retrouve sans rien...’’

Facebook icon Twitter icon
incendie à Conakry
Incendie au marché Entag à Conakry
Incendie au marché Entag à Conakry

CONAKRY- Le grave incendie qui s’est déclenché dans la matinée de ce jeudi 17 mai 2018 au marché d’Entag dans la commune de Matoto a laissé plusieurs commerçants dénués de tout. C’est le cas de madame Djénabou Diallo mère de famille et détentrice d’un magasin de médicaments. En larmes, cette victime nous a confié avoir a tout perdu.

« Je vends des médicaments. Certains commerçants viennent de déposer leurs marchandises dans mon magasin. Tout cela a brulé dans l’incendie. Aujourd’hui, on se retrouve sans rien », a sangloté Madame Djenabou Diallo, mère de famille. 

Comme elle, plusieurs autres commerçants ont enregistré des pertes énormes dans le sinistre. Le pied enflé, Thierno Maadjou Bah, vendeur de matériel électrique a expliqué les circonstances dans lesquelles le feu s’est déclenché.

 « Quand il y a eu masse, comme je suis électricien, je me suis dit de monter sur les toits  pour voir. Dès que je suis monté sur les tôles, le courant m’a jeté. Un fil m’a touché au niveau du pied qui s’est enflé. Et le feu a emporté tout, rien n’est sorti dans le magasin, je vendais du matériel électrique pour un ami. C’est le courant qui est à la base de incendie, parce qu’il y avait le courant le matin. Les pompiers ne sont venus qu’une (1) heure après », s’est lamenté Bah Thierno Madjou, commerçant de matériels électriques.

Lire aussi-Conakry: un incendie ravage le marché Entag...

Même cri de cœur chez Ibrahima Diallo, commerçant qui dit être dépassé par ce drame en ce mois saint de Ramadan.  «  Je vends des médicaments et tout est parti en fumé aujourd’hui », s’alarme cette autre victime.

Interrogé, le directeur général de la Protection Civile, Moussa Camara a indiqué que des évaluations sont en cours pour connaitre les statistiques exactes des pertes enregistrées.

Le Chef de cabinet du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, Nouhan Traoré a donné un indice sur le bilan indiquant qu’une cinquantaine de boutiques ont été touchées par le feu.

 « Il est trop tôt pour parler de bilan (…). Il y a environ une cinquantaine de boutiques qui sont en train de partir en fumé et c’est ce qui est regrettable », a déclaré Nouhan Traoré, déplorant l’enclavement du marché qui selon lui est un facteur aggravant.

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

 

Créé le Jeudi 17 mai 2018 à 18:23

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS