Alpha Condé : « S’ils veulent la bagarre, je suis prêt… »

Facebook icon Twitter icon
Présidence de la République
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

CONAKRY- C’est un message qui sonne comme un avertissement à l’endroit des enseignants qui menacent de reprendre la grève si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Le Président Alpha Condé a promis ce jeudi 10 mai 2018 de ne plus accepter le « diktat » des syndicats du secteur de l’éducation qui selon lui, avaient pris le pays en otage.

« Vous savez, à la fin de la deuxième république, le Président avait une santé qui ne lui permettait pas de gouverner. Les syndicats ont profité de cette situation pour prendre l'État en otage. Madame Penda, vous avez pris l'État en otage pour imposer les choses qui sont contraires à l'intérêt de tout le peuple de Guinée. Voilà comment nous sommes retrouvés avec des enseignants qui n'ont aucun niveau », a déclaré Alpha Condé, accusant de passage la CNTG et l’USTG, les deux plus grandes centrales syndicales du pays, d’avoir mis la pression sur le Gouvernement pour recruter 1 600 contractuels qui selon lui n’avaient aucun niveau.

« Je leur ai dit déjà les enseignants n'ont aucun niveau. J'ai commencé en 2011 à être président, en 2012 j'ai dit on va faire un test avant de faire les états généraux de l'enseignement, nous avons organisé le test, nous avons pris 750 enseignants du primaire, on a fait une dictée de CE2, c'est-à-dire CM1 vous venez à CM1 pour faire des certificats d'études, on a mis 20 fautes dans la dictée et sur les 750 enseignants 75 % ont été incapables de trouver ces fautes, les 16 % ont ajouté des fautes sur ça. Voilà la situation en 2012, évidemment comme en 2012 l'opposition occupait la rue en ce moment on ne travaillait pas, en ce moment nous avions besoin du PPTE, donc on était faible, on était obligé d'accepter les conditions des syndicats. Comment voulez-vous qu'on se batte pour avoir le PPTE quand de l'autre côté l'opposition est dans la rue et les syndicats menacent d'aller en grève ? Voilà comment ils nous ont amené à recruter des enseignants qui n'ont aucun niveau », a accusé Alpha Condé.

Le Chef de l’Etat guinéen promet de prendre des mesures pour corriger cet état de fait. Il s’engage à organiser un test pour tous les enseignants avant la prochaine rentrée scolaire.

« Nous sommes en train de faire le recensement biométrique de tous les enseignants, ensuite on fera un test. L'année prochaine, aucun enseignant n'enseignera s'il n'a pas réussi au test. S'ils veulent la bagarre je suis prêt à la bagarre. Si on a fait l'ISSEG et les écoles des instituteurs, c'est pour former les enseignants, on va les laisser et aller prendre des gens qui n'ont aucune formation ? Non ! Alors il faut que l'État prenne ses responsabilités et l’Etat ne craint plus d'affronter n'importe quelle couche sociale lorsqu'elle s'oppose à l'intérêt national et la grande majorité de la population », a promis le Chef de l’exécutif guinéen.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 11 mai 2018 à 11:35

Facebook icon
Twitter icon
Google icon