Macenta : Plusieurs Églises menacées de destruction à Koyamah...

Conflit confessionnel
Image d'illustration
Image d'illustration

CONAKRY-La tension ne faiblit pas dans la sous-préfecture de Koyamah, où plusieurs églises sont menacées d'être détruites par certains citoyens du village de Lokpo, de croyance animiste, a appris africaguinee.com. 

Selon nos informations, des villageois de Lokpo menacent de saccager toutes les églises de la contrée de Koyamah, qui sont dans les villages Guizima, un diallèle de l'ethnie Loma. Une menace qui intervient alors que le 25 février dernier tous les chrétiens ont été chassés de ce village situé à la frontière libérienne.

Joint au téléphone dans l'après-midi de ce dimanche 22 Avril 2018, Marie Koropogui, la responsable des chrétiens chassés à Lokpo a expliqué que certains habitants dudit village menacent de détruire toutes les églises qui sont dans le Guizima si les autorités insistaient sur le retour des chrétiens dans leur village. 

« Quand la délégation est venue pour la négociation, les villageois ne les ont même pas laissés le temps de s'exprimer. Ils ont menacé en disant que si ceux-ci insistaient sur notre retour, ils vont désormais s'en prendre à toutes les églises situées dans le Guizima. Ils restent cramponnés sur leur idée en disant quelle que soit l'autorité qui s'y rendra pour une négociation, ils la refouleront », a t-elle expliqué.

"Devant le sous-préfet, ils ont menacé de s'en prendre à toutes les églises de la contrée. Mais moi je vois un peu l'incapacité de la sous-préfecture dans cette affaire", estime pour sa part le pasteur David Sympogui, pasteur sous-préfectoral de Koyamah.

Dans notre récent entretien avec le sous-préfet de Koyamah, il a déclaré être dépassé par les évènements. Pour l'instant, toutes nos tentatives de joindre le préfet de Macenta sont restées vaines. 

De nos jours, les chrétiens de cette sous-préfecture située à la frontière entre la Guinée et le Libéria sont dans une inquiétude totale face à cette problématique à laquelle ils sont confrontés. Il reste aux autorités compétentes de prendre toutes les dispositions à temps pour ne pas que l'affaire tourne au drame.

A suivre...

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél. (00224) 628 80 17 43

Créé le Lundi 23 avril 2018 à 13:27

TAGS