Macenta : des chrétiens chassés de leur village par des citoyens en colère...

Facebook icon Twitter icon
Conflit confessionnel
Image d'illustration
Image d'illustration

MACENTA- Koyamah est une sous-préfecture située à la frontière entre la Guinée et le Libéria, à une centaine de kilomètres de la commune urbaine de Macenta. Dans cette sous-préfecture, plusieurs chrétiens ont fui leur village par crainte d’être lynchés par les autres habitants qui ne partagent pas la même religion qu’eux. L’acte s’est passé dans le village de Lokpo, dans la préfecture de Macenta.

Depuis le 25 février 2018, les fidèles chrétiens de Lokpo sont réfugiés ailleurs, abandonnant leurs champs, plantations, et leurs bétails. Selon nos informations, les habitants dudit village se sont révoltés contre les chrétiens, et les ont les ligotés alors que ceux-ci célébraient leur culte de dimanche dans une maison de la place. 

Joint au téléphone par un de nos reporters, le pasteur sous-préfectoral de l’Eglise Protestante Evangélique de Koyamah dans la main duquel ces citoyens vivent de nos jours revient sur les circonstances de ces évènements : ‘’ C’était à la date du dimanche 25 Février 2018. Vous savez nos frères sont dans deux villages voisins, à savoir Lokpo et Malawou ; ils se rencontrent tour à tour pour célébrer le culte ensemble. Ce jour c’était le tour de Lokpo. Les fidèles chrétiens de Malawou se sont déplacés pour aller y faire le culte. Une fois dans la maison, les villageois ont commencé leur dogme. Ils ont fait sortir le gnamou et ont demandé à ce que toutes les maisons soient fermées comme d’habitude. Les chrétiens étant informés de la situation ont également procédé à la fermeture du bâtiment dans lequel ils faisaient le culte. Malgré tout, les villageois sont venus entourer la maison, Ils ont attaqué le bâtiment et ont commencé à jeter les pierres sur le toit. Les chrétiens sont restés sans réaction. Finalement ils ont défioncé la porte en la découpant par leurs machettes après avoir déchiré la clôture qui entourait le bâtiment. C’est ainsi que les chrétiens, de peur d’être la proie des adversaires sont sortis pour se sauver. Malheureusement ils sont tombés dans la main des animistes qui les ont ligotés et attachés. Ils ont même déshabillés l’aide pasteur qui était allé faire la prédication. Ils l’on mit totalement à nu ’’, nous a expliqué Pasteur David Sympogui le pasteur sous-préfectoral de Koyamah qui se dit très indigné face à cette situation.

Depuis là, ces citoyens vivent sous les toits dudit pasteur dans la sous-préfecture de Koyamah. Ils ont laissé leurs champs de riz, d’arachide, leurs plantations et leurs bétails. ‘’C’est très déplorable ce qui s’est passé. Aujourd’hui ces citoyens vivent en abandonnant leurs champs et leurs plantations où ils ont toutes leurs fortunes. Ils disent que quand ceux-ci se retournent là ils vont les tuer’’, a confié une fidèle de la localité tout en appelant les autorités à prendre toutes les dispositions pour rétablir les frères dans leurs droits. 

Le sous-préfet de Koyamah à son tour se dit dépassé par cette action. 

« Quand j’ai été informé de l’acte, j’ai risqué toute ma vie pour aller les chercher pour ne pas que quelque chose leur arrive. Ça n’a pas été facile. Lorsque nous sommes allés pour délivrer les chrétiens, imaginez, moi qui ne suis pas initié dans de telle circonstance où on parle de gnamou. Mais par la grâce de Dieu on a réussi », a confié le Commandant Sékou Condé, sous-préfet de Koyamah.

Les autres chrétiens venus du village voisin Malawou pour célébrer le culte à Lokpo ont pu rejoindre rentrer chez eux. Les 6 autres de Lokpo dont 4 femmes et 2 hommes vivent à Koyamah avec leurs enfants en attendant la décision finale des autorités. 

Nous y reviendrons…

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo 

Correspondant régional d’africaguinée.com 

A Nzérékoré

Tél. (00224) 628 80 17 43      

Créé le Samedi 21 avril 2018 à 18:06

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS