Nzérékoré : grosse frayeur chez certains citoyens…

Société
Image d'illustration
Image d'illustration

NZEREKORE-De nombreux citoyens de Nzérékoré, la plus grande agglomération de la Guinée forestière vivent avec la peur dans ventre à la veille de la saison pluvieuse. 

Alors que les grandes pluies ont commencé à s’abattre sur la ville de Nzérékoré, les citoyens qui habitent le long de la rivière Tilé, qui traverse la quasi-totalité de la ville ne cachent pas leur inquiétude. 

L’année dernière, ils ont été victimes d’une inondation qui a fait des dégâts importants. Rencontré dans leur local respectif, ces citoyens lancent un appel à l’Etat pour leur venir en aide afin que la catastrophe qu’ils ont subie la saison dernière ne se reproduise pas. 

Au quartier Yankadissa l’un des plus touchés par les inondations l’an dernier, dame Sayon Camara qui exprime ses inquiétudes, dit n’avoir aucun moyen pour se sauver de cette situation. Elle indexe l’Etat qui selon elle, est le mieux placé pour faire face à ce problème. 

« Depuis des années nous habitons là.  Nous sommes là aujourd’hui parce que nous n’avons pas où aller. Nos moyens sont limités. Comme vous voyez tels que nos bâtiments ont été gâtés l’an dernier, ils sont intacts comme ça puisque nous n’avons même pas les moyens pour les réparer », a-t-elle confié, inquiète. 

Elle explique qu’elle est hébergée par son frère depuis les inondations passées. Malgré cela elle n’est pas rassurée. ‘’ A l’heure où je vous parle je suis hébergée par mon frère. Lui sa maison a été épargnée l’année passée.  Mais malgré tout, la nuit d’avant-hier nous n’avons pas pu dormir de peur d’être victime d’une inondation suite aux pluies qui s’étaient abattue sur la ville. Je demande au gouvernement de nous venir en aide. Lors des inondations passées, il avait donné une somme de 70 millions aux victimes. Après le partage, chaque victime n’a reçu que 250.000fg par victime. Cette somme ne peut rien faire pour un bâtiment. Je demande également aux autorités communales de nous aider à déboucher les caniveaux avant les grandes pluies’’, lance Sayon Camara. 

A Koutiyapoulou, le chef de quartier que nous avons rencontré souligne que les occupants de ces lieux à risque n’ont pas où aller. C’est pourquoi, à chaque saison ils reviennent s’installer. ‘’Les gens continuent à habiter ces zones parce qu’ils n’ont pas où aller. Après l’inondation, ils reviennent à leurs domiciles. Ils se déplacent quand il y’a inondation et reviennent après l’inondation’’, explique Monsieur Kpoghomou Patrice chef de quartier de Koutiyapoulou, tout en indiquant que ce sont les ordures déversées dans les marigots qui causent ces nombreux cas d’inondation. 

Ce qui cause des inondations…

Ce responsable local accuse la population d’être à la base de ces inondations. « Ce qui cause l’inondation ce sont les ordures qu’on jette dans les marigots. L’eau n’a pas de passage et quand l’eau est barrée, elle remonte. Et la population est toujours à la base. Puisque même si nous prenons des précautions pour nettoyer ces caniveaux ou marigot, le lendemain vous allez retrouver les ordures là. Donc c’est pratiquement impossible », s’indigne-t-il.

Monsieur Délamou du quartier Tilépoulou lui craint le pire cette année. ‘’De la manière dont la pluie a commencé cette année, je crains qu’il n’y ait plus de dégât que l’année passée. Le problème est qu’avec la cherté actuelle de la vie, les gens ne cherchent que le quotidien. Faire face à cette affaire de place ou de maison, ça devient encore plus compliqué pour les citoyens’’. Même cris d’alarme chez la plupart des citoyens rencontrés sur les lieux.

A la date du 04 juillet 2017, une pluie avait causé d'énormes dégâts à Nzérékoré. Plusieurs bâtiments s’étaient écroulés. Après ce malheureux évènement, des centaines de sinistré avaient été recasés dans une école de la place, avant de rejoindre leurs domiciles. Une catastrophe similaire a eu lieu en septembre de la même année faisant là aussi de nombreuses autres victimes à la date du 17 Septembre 2017. Cette année encore si rien n’est fait, il faut craindre le pire. 

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’africaguinee.com 

A Nzérékoré

Tél. (00224) 628 80 17 43

Créé le Jeudi 19 avril 2018 à 9:56