.

Tinkisso réduit en cendre : dénués de tout, les sinistrés crient à l’aide…

Facebook icon Twitter icon
Sinistre à Tinkisso
Des sinistrés de Tinkisso, dans la préfecture de Dinguiraye
Des sinistrés de Tinkisso, dans la préfecture de Dinguiraye

DINGUIRAYE-Un feu d’origine inconnu a ravagé entièrement le district de Tinkisso qui relève de la commune urbaine de Dinguiraye. Le bilan est très lourd. Aux moins 250 cases, 3 maisons en dur, des vivres et semences, de l’argent, des engins roulants, sont tous partis en fumées. Les sinistrés dorment à la belle étoile et attendent le soutien des bonnes volontés.

Interrogé par un un journaliste de notre rédaction, le maire de Dinguiraye, Amadou Tidiane Bah qui s’est rendu dans le district de Tinkisso situé à 12 km de Dinguiraye, a décrit une situation catastrophique. 

« Le constat est amer. Pour le moment nous avons recensé 250 cases, 3 maisons, 11 motos, 5 vélos, plus de 100 millions de francs guinéens, et plus de 100 sacs d’arachides consumés. Le nombre de poulets et de canards, des chèvres brûlés n’est pas encore connu. Actuellement les jeunes continuent le recensement des biens perdus. Le feu s’est déclaré aux environs de 16 heures, en ce moment les occupants n’étaient pas sur place, certains étaient à la pêche au fleuve Tinkisso, d’autres dans les mines d’or artisanales. Ils ont tout perdu, ils n’ont plus rien »a confié le maire de Dinguiraye. 

Lire aussi-Dinguiraye : "SOS" pour le village de Tinkisso ravagé par un incendie…

Fansoumane Cissé, jeune habitant de Tinkisso que nous avons joint au téléphone, explique que tout est à refaire chez eux. 

« Le feu a ravagé un pauvre village habité que par de pauvres gens et qui ne vivent que de la pêche, de l’exploitation artisanale de l’or et de l’agriculture. Le feu est venu à un moment où les gens s’apprêtaient pour la saison culturale. Les vivres, les semences ainsi que de l’argent, des biens matériels, tout est parti en feu. Notre vie est à reprendre à zéro. Nous sommes sans issue aujourd’hui. C’est un village isolé sans moyens. Nous tendons la main aux bonnes volontés, ce qui nous reste c’est pratiquement ce que nous portons. Si ce feu s’était déclaré la nuit on aurait enregistré même des pertes en vie humaine », s’alarme cet habitant du village de Tinkisso. 

En attendant l’assistance des bonnes volontés, les populations sinistrées dorment à la belle étoile, le ventre creux et à la merci des nuits froides. 

 

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinée.com

Tél. : (00224)664 93 45 45

Créé le Mardi 17 avril 2018 à 18:13

TAGS