Incendie à Fofanaya : "ma mère était enceinte de 7 mois", témoigne Halimatou, rescapée

incendie à Conakry
Halimatou Diallo, rescapée du drame à Bantounka, Conakry
Halimatou Diallo, rescapée du drame à Bantounka, Conakry

CONAKRY-Visage endolori par la peine et la douleur, la voix tremblotante, c’est l’image qui se dessine sur la physionomie de Halimatou Diallo, seule rescapée de l’incendie qui a décimé cinq membres de sa famille dont ses deux parents dans  la nuit du 21 Mars 2018.


Encore sous le choc, cette jeune fille la vingtaine à peine, nous explique les dernières heures qu’elle a eu à passer avec son père avant cette nuit fatale et comment elle a pu être extirpée des flammes qui se dégageaient de la maison.

 ‘’Aux alentours d’une heure du matin, mon père est entré dans ma chambre et m’a demandé où se trouvait la commande du climatiseur de ma chambre (…), je lui ai indiqué l’endroit et je me suis endormie. Quelques heures après je me suis réveillée en sursaut et j’ai entendu ma belle-mère qui criait au secours. Lorsque le feu a pris toute la maison j’étais paniquée, c’est ainsi que les voisins ont défoncé la fenêtre de ma chambre pour m’en extirpée (…), c’est ce qui m’a sauvé contrairement au reste de ma famille qui a péri dans les flammes’’ a sangloté Halimatou Diallo, au micro d’Africaguinee.com.

Lire aussi- Drame de Fofanaya : « J’ai perdu toute ma famille… », raconte Sadame Housseine Diallo…

Du côté des autorités du quartier un doigt accusateur est pointé à l’endroit de la guinéenne d’électricité. Plusieurs témoins et habitants de ce quartier encore choqués ont pointé du doigt  la compagnie électricité de Guinée (EDG), qu’ils accusent de fournir du courant de haute intensité aux populations guinéennes.

Pour le chef cde quartier de Bantounka 1, certes le destin est inévitable mais il  accuse surtout la société Electrité de Guinée (EDG), avec les nouveaux compteurs prépayés qui viennent d’être installés.

‘’ Ces compteurs sont à l’origine d’assez de dégâts. Même à mon domicile le disjoncteur a explosé  à deux reprises dans la journée, n’eût été ma femme nous n’en seront pas là. Nous demandons aux autorités surtout à EDG de prendre leurs responsabilités en faisant bien leur travail, nous avons vraiment besoin de courant en ce moment mais nous avons peur de ces nouveaux compteurs qui font des dégâts partout. Ce sont les travailleurs de EDG qui sont habilités à faire des installations et non les clandestins’’ a regretté cet élu local.

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

 

Créé le Mercredi 21 mars 2018 à 18:03