Le père de la guinéenne tuée en Belgique témoigne : « Ma fille était très soumise à son mari… »

Facebook icon Twitter icon
Société
Elhadj Alpha Oumar Diallo, père de feue Oumou Tabara Diallo
Elhadj Alpha Oumar Diallo, père de feue Oumou Tabara Diallo

CONAKRY- La tristesse se lisait sur tous les visages ce jeudi 15 février 2018 dans la famille de Oumou Tabara Diallo, cette jeune guinéenne qui aurait été tuée par son mari en Belgique. Domiciliés au quartier Kirotie dans la commune de Ratoma, les parents de celle qu’on appelait affectueusement Yayé sont sous le choc. 

En larmes, le père de Oumou Tabara Diallo que nous avons rencontré a fait des témoignages troublants et réclame justice. Elhadj Alpha Oumar Diallo affirme qu’ils sont de la même famille que son beau-fils (le mari de sa fille), suspect principal du meurtre de Oumou Tabara Diallo.

« Il y a deux ans depuis que j’ai donné en mariage ma fille à quelqu’un de la famille en Belgique. Les voisins de ma fille là-bas ont dit que son mari était un fumeur de drogue et à chaque fois ils venaient les séparer lorsqu’ils se bagarraient. Ma fille n’a pas de problème. Il faisait sortir ma fille dehors et fermait la maison. Et des fois il séquestrait ma fille dans la maison.  J’ai appris tout cela après le décès de ma fille. Je demande aux autorités belges d’appliquer la loi, parce qu’il a tué ma fille qui est nourrice. Je ne veux rien d’autre que ça », a témoigné Elhadj Alpha Oumar Diallo presque en sanglot.

Egalement sous le choc, la grande sœur de la victime dit avoir échangé avec Oumou Tabara  la veille de sa mort. Assiatou Diallo accuse le mari de sa sœur d’avoir interrompu leur conversation ce jour-là.

« J’ai parlé avec ma sœur le lundi, elle a demandé qu’on fasse des sacrifices pour elle. Je lui ai demandé pourquoi ? Elle m’a dit tout va bien. Ce jour, son mari a exigé à ce qu’elle raccroche le téléphone avant même qu’on ne finisse notre conversation. Mardi on l’a tué. Après trois jours, il (le mari de Oumou Tabara, Ndlr) a informé notre famille en Belgique qu’il n’a pas vu ma petite sœur. Elle ne s’est jamais plainte de son mari. Ce jour, elle s’était disputée avec son mari, quand les voisins ont demandé, elle a dit que c’est à cause du lait pour le bébé. Sa voisine a proposé qu’elle vienne passer la nuit avec eux. Elle a dit non que son mari a dit qu’il veut la tuer, donc elle n’ira va nulle part. Elle avait dit à sa voisine qu’elle va se séparer avec son mari, parce qu’il l’obligeait à mettre son téléphone sur haut-parleur quand  elle parle avec sa famille », a témoigné la sœur de celle qu’on appelle dans sa famille Yayé.

La mère de Oumou Tabara, assise sur une natte nous raconte que sa fille était nourrice d’un bébé de 6 mois. Selon elle, son gendre est issu d’une bonne famille.

« Toute la famille dit que c’est mon beau fils qui a tué ma fille Yaye Oumou.  C’est comme ça j’ai appris son décès. Ma fille n’a jamais expliqué qu’elle se disputait avec son mari. Elle était très soumise et elle n’a pas de problème. Elle ne parle pas des choses qui se passent entre elle et son mari, même une fois. Je parlais souvent en vidéo avec elle et ses enfants. Je connais très bien la mère et le père de son mari. Son papa est décédé. Sa mère nous sommes tous de la localité de Kankalabe. Ce sont des gens vraiment bien. Je ne pouvais pas penser que leur fils allait tuer ma fille sinon il n’allait pas l’épouser. Toutes les personnes qui viennent disent qu’on a tué ta fille et son mari est l’auteur. j’étais étonnée. On m’a dit que le corps de ma fille a été envoyé à l’hôpital pour les enquêtes », a raconté Hadja Amadou Bella Diallo en sanglot.

 

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

Créé le Vendredi 16 Février 2018 à 12:30

Facebook icon
Twitter icon
Google icon