Conakry : grosse colère des employés de la Sotragui contre Oyé Guilavogui….

Facebook icon Twitter icon
Crise sociale en Guinée

CONAKRY-Les travailleurs de la SOTRAGUI ont encore manifesté brièvement ce mercredi 27 décembre 2017 auprès du ministère des transports. Ils protestaient contre la détention de 5 de leurs collègues à l’Eco3 de Matam et exigé au ministre dudit département le paiement de leur prime d’accompagnement social promis par le Président de la République. Mais cette manifestation a été vite suspendue à cause des négociations entamées par les Syndicats de l'USTG.

Seydina Alia le porte-parole des manifestants accuse le ministre des transports Oyé GUILAVOGUI de vouloir détourner l'argent que le Président leur a promis.

« Il y a 5 de nos amis qui se trouvent à la gendarmerie. Quelques soient les circonstances, nous allons mourir dans ça mais le ministre va payer l’argent. Il y a 3 mois, ils nous ont pas payé une partie, mais il reste encore une autre.  On a demandé au Président de nous aider à avoir 36 mois comme accompagnement social. Nous avons été informés que le Président a payé 24 mois. Nous sommes d'accord dans ça, les 24 mois au moins. Par après, on a appris encore que le ministre Oyé GUILAVOGUI veut payer 12 mois. Alors ça ne marchera pas. Ce n'est pas pour lui, c'est le Président qui paye. Donc nous irons jusqu'au bout », crie cet ancien travailleur de la Sotragui.

Mariama Kesso BARRY mère de 4 enfants se retrouve actuellement sans travail depuis l’arrêt des bus de la Sotragui en 2015.

« Ça fait deux (2) ans de cela que le Président nous a dit que son mandat est dédié aux femmes et aux jeunes. Mais depuis, on ne voit rien à la SOTRAGUI. A la SOTRAGUI il n'y a que de la zizanie. Ils nous ont promis qu'aujourd'hui dans les conditions normales ils allaient nous payer notre règlement. Personnellement je suis en location, je suis une mère de famille. La location n'est pas payée, la scolarité de mes enfants aussi. Mais si les jours à venir on n’arrive pas à avoir notre règlement on va prendre  Oyé en otage. Je dis en haute et intelligible voix, dans les jours à venir si on ne rentre pas en possession de notre argent on va prendre Oyé en otage », a menacé la dame.

Ces travailleurs aujourd’hui au  chômage qui manifestent depuis plusieurs mois à Conakry pour le paiement de leurs arriérés menacent d’empêcher l'utilisation  des nouveaux Bus envoyés par la Turquie

A suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 27 décembre 2017 à 18:06

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS