Nzérékoré : 422 travailleurs licenciés…

Facebook icon Twitter icon
Société

CONAKRY-La Société Forêt-forte qui emploie plus de 1500 personnes vient de licencier 422  de ses travailleurs ! Et pour cause : les difficultés économiques auxquelles sont confrontées l’entreprise qui vient d’annoncer la triste nouvelle à ses employés à travers des correspondances. Interrogé par nos soins, le ministre Boubacar Barry en charge des petites et moyennes entreprises dit n’avoir pas été mis au courant de ces licenciements massifs. 

Les travailleurs licenciés interrogés par Africaguinee.com s’inquiètent pour avenir et lance un appel au Gouvernement. Ils dénoncent un licenciement sans préavis. Ce sujet brûlant fait la une dans la province de Nzérékoré. "Les conséquences sont énormes. Il n'y a pas eu de préavis (…) On vient afficher directement la liste. C'est très grave parce que les gens ne se sont pas préparés par rapport à ce chômage qui commence. C'est vraiment difficile", se plaint Monsieur Loua l'un des travailleurs de l'entreprise.

"Ce n’est pas facile (…) Aujourd'hui il y a des personnes qui ne comptent que sur la forêt-forte pour vivre, c'est dommage", s'indigne David Maomou, qui lance un appel au gouvernement. "Je demande au gouvernement de nous venir en aide puisque à part la SOGUIPA, c'est la forêt forte qui peut employer actuellement plus de mille personnes en Guinée Forestière. Donc s'ils arrivent à fermer cette industrie ce n’est pas facile", avance-t-il.

Certains employés relativisent ce licenciement indiquant qu’ils étaient au chômage technique depuis longtemps. " Depuis le 5 Septembre je suis en congé technique. Nous sommes restés en congé, on nous appelle pour dire qu'ils ont affiché une liste qui approuve notre licenciement. Mais moi personnellement je n'y trouve pas de problème parce qu'on ne peut pas rester à la forêt forte, travaillé et ne rien avoir. Même si la société est arrêtée, cela vaut mieux que nous y restions, continuer à souffrir pour ne rien avoir. Mieux vaut travailler dans une société que la famille bénéficie que de travailler seulement pour le mangé. Moi je suis à ma douzième années à la forêt forte mais même une parcelle à Nzérékré je n'ai pas pu acheter. Il y'a presque plus de 10 ans que nous nous travaillons avec le même salaire. Pourtant le rendement de la forêt forte nous nous connaissons bien", confie Monsieur Kolié Alphonse.

Ces licenciements massifs seraient dus à l'augmentation des taxes, confie un travailleur licencié. " D'après nos syndicats à Conakry, il y'a problème de forte taxe du bois et par rapport à cela ils sont rentrés en négociation avec le gouvernement. Kim(le PDG de l'entreprise) a dit que si le gouvernement ne parvient pas à diminuer les taxes, il n'a pas d'autres précautions à prendre que de faire un licenciement collectif", confie-t-il.

Interrogé sur la situation, par notre reporter, le ministre des Petites et Moyennes Entreprises surpris de la nouvelle dit n'être au courant de rien.

"Je n'ai pas été saisi officiellement pour le moment. Je ne peux pas avoir de réaction officielle à cette question tant que je ne suis pas saisi par l'industrie", a répondu Boubacar Barry, ministre de l'Industrie et des PME.

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'africaguinée.com

A Nzérékoré

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Mercredi 13 décembre 2017 à 12:54

Facebook icon
Twitter icon
Google icon