Non, tous les Libyens ne sont pas coupables !

Facebook icon Twitter icon
Libre Opinion

Je trouve démagogique la démarche de certains africains. Marcher pour dénoncer les exactions commises sur nos frères noirs africains est une chose, manifester contre l’Etat libyen en est une autre. Je trouve irréfléchi le fait de manifester contre un Etat qui peine à se reconstruire. Saviez-vous qu’en Libye il y a plusieurs groupes armés qui échappent complètement au contrôle du « Gouvernement » central ? Je ne manifesterais devant aucune ambassade Libyenne, je ne m’attaquerais à aucun frère Libyen. En matière pénale, la faute est individuelle et jamais collective. Pourquoi prôner la violence contre tous les ressortissants Libyens alors que nombreux parmi eux sont contre de telles pratiques ?

Frères et sœurs, arrêtons de faire du suivisme et analysons les choses en profondeur. Saviez-vous que la vente des africains noirs se fait toujours avec la complicité de leurs compatriotes ? Merci de lire ces confidences d’un de nos compatriotes qui est passé par la Libye : http://www.africaguinee.com/articles/2017/11/19/esclavage-en-libye-les-revelations-bouleversantes-d-un-jeune-rescape-guineen

Pourquoi s’attaquer à l’Etat Libyen et à nos frères Libyens alors que la racine du mal est dans notre propre pays ? Nos frères et sœurs qui se lancent dans l’aventure sont en quête du bien être. S’ils étaient convaincus d’avoir le même niveau de vie personne d’entre eux n’allait prendre le chemin de l’aventure.

Que diriez-vous des parents qui financent les voyages périlleux pour leurs enfants ? Pourquoi ne pas s’attaquer à la racine du mal en démantelant ces réseaux de passeurs installés en Guinée et dans beaucoup de pays africains ? Nous le savons tous ! Mais nous préférons avoir des réactions épidermiques en condamnant la Libye.

Au lendemain de la diffusion de cette interview : http://www.africaguinee.com/articles/2016/12/06/immigration-clandestine-un-passeur-nous-livre-les-secrets-du-voyage-exclusif, malgré l’horreur que ce passeur a décrite, nombreux sont ces compatriotes qui avaient joint notre rédaction pour non pas condamner la pratique, mais pour demander le numéro du passeur. « J’ai deux enfants que je voudrais faire partir en Europe. Pouvez-vous m’aider à avoir son contact s’il vous plaît ? », nous disaient pour la plupart nos interlocuteurs au bout du fil.

En Angola, ils sont plusieurs centaines de guinéens à avoir perdu la vie cette année par suite d’assassinats. Alors que certains pointaient du doigt des angolais organisés en groupes armés, l’Ambassadeur de la Guinée a fait une révélation. Djigui Camara a révélé que ce sont les guinéens qui tuent leurs compatriotes en Angola.

Et si on balayait devant nos portes d’abord ?

 

SOUARE Mamadou Hassimiou

Créé le Mercredi 22 novembre 2017 à 14:26

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi