Nzérékoré : des inconnus coupent le sexe d’un jeune garçon… (Témoignages)

Facebook icon Twitter icon
Insécurité

NZEREKORE- C’est un fait insolite qui s’est déroulé dans la commune urbaine de Nzérékoré. L’acte s’est produit au quartier Horoya Jérusalem ce jeudi 08 Novembre 2017. C’est un jeune élève âgé d’une vingtaine d’années qui a perdu sa partie intime amputée par des inconnus lors d’une bagarre à son domicile. Selon ses explications, c’est après l’école qu’il a été victime de cet acte causé par des inconnus qui l’ont d’abord demandé des biens avant de faire leur salle besogne.

‘’ On devait sortir à 14h mais certains de nos professeurs n'étaient pas présents. Donc après la première matière j'ai jugé nécessaire de rentrer à la maison. J’ai quitté l'école à 11h 40. Arrivé à la maison, il était déjà 12h. Nous étions en face de la forêt et il n'y avait personne. Je suis allé emprunter un couteau à une petite fille qui préparait de l'autre côté de la route pour serrer les vices de mon téléphone ; J’ai causé avec elle pendant 5 minutes avant que je ne me retourne. Ayant laissé la porte de ma chambre ouverte, au retour j’ai trouvé quelqu’un qui était couché dans mon lit. Dans notre chambre même en plein jour nous sommes tenu obligés d'allumer la torche car nous sommes dans un appartement de 6 chambres. Quand j'ai voulu fuir, je me suis rencontré avec une seconde personne. En moins d'une minute, la troisième personne est entrée. Ils m'ont demandé de leur donner tout ce que j'avais sur moi. Je leur ai dit que je n’étais qu'un simple élève que je pars même à l'école sans déjeuner. Ils ont dit que si je n'ai rien à leur donner qu'ils allaient me tuer. Je leur ai demandé pardon. On s'exprimait en français mais leur langage n'était pas tout à fait propre. Deux d'entre eux avaient le couteau. Celui qui était couché s'est jeté sur moi, Ils ont voulu me décapiter, mais je me suis battu avec eux. Dans la bagarre l'un d'entre eux a dit où se trouve le couteau qui était même avec lui comme il semble être un peu fort nous allons lui couper le sexe. Ce qui fut fait et je ne pouvais pas crier parce qu’un d'entre eux avait attaché ma bouche par un habit qu'il détenait. Ils étaient trois personnes tous habillés en noir de la tête au pied.  Donc je n'ai pu reconnaître personne d'entre eux. Après avoir amputé mon sexe je ne pouvais plus rien, j'étais dans un état d'inconscience’’, a expliqué le jeune lycéen.

De sources hospitalières, nous avons appris que la vie du jeune ne serait plus en danger. « Nous l'avons reçu dans un état de coma. Il ne raisonnait pas, il était inconscient. Comme il l'a si bien dit, nous avons vu la trace sur le cou, donc une tentative d'assassinat. Et quand nous l'avons déshabillé, nous avons trouvé que tout son organe génital était complètement coupé. Même un petit morceau n'était pas là. Comme il saignait, nous nous sommes occupé de lui, on a arrêté le saignement. Mais ce qui reste clair, l'organe était totalement tranché », confie Docteur Mansomey Chérif, médecin chef de la chirurgie de l'hôpital régional de Nzérékoré ajoutant qu'il a l'inquiétude pour l'avenir conjugal du jeune homme qui pour lui, ne pourrait plus se reproduire étant donné que nous sommes dans un pays où l'on ne peuxprocéder à l'implantation du sexe. Néanmoins, sa vie ne serait plus en danger puisqu'il a retrouvé conscience et parvient à uriner grâce à un raccord.

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’africaguinée.com

A Nzérékoré

Tél. : (00224) 628 80 17 43

Créé le Mercredi 15 novembre 2017 à 11:30

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi