Guinée : Canal+ veut lutter contre les opérateurs pirates…

Facebook icon Twitter icon
Publireportage

CONAKRY-Le Groupe Canal+ envisage de mener des opérations de démantèlement des réseaux de pirates aux côtés des forces de l’ordre guinéennes.

En Guinée, les opérateurs par câble génèrent un Chiffre d’Affaires informel très conséquent estimé à plus de 56 milliards de GNF par an, sans qu’aucune recette fiscale ne soit réinjectée dans l’économie audiovisuelle locale. Mais à partir de maintenant, le Groupe CANAL+ veut mettre fin à cette pratique. Il se résout à agir en collaboration avec les forces de l’ordre pour lancer des opérations de démantèlement à Conakry.

Présent en Guinée depuis plus de deux décennies, CANAL+ contribue avec succès au développement commercial et à la distribution de ses bouquets sur l’ensemble du territoire guinéen. Les retombées positives de ces actions dans le secteur audiovisuel participent à l’essor économique de la Guinée et au rayonnement culturel du pays. Toutefois, cette activité est compromise par le fléau du piratage observé dans les grandes villes guinéennes notamment Conakry.

 « On a une concurrence déloyale par des opérateurs des quartiers qui nous volent nos images, pour les redistribuer à un prix qui est impossible à la concurrence. On a quelques images qui peuvent illustrer ces piratages avec les câbles araignées qui redistribuent les images un peu partout en Guinée », a dénoncé Oscar Lanfranchi, le représentant commercial de Canal+ en Guinée lors d’une conférence de presse animée ce  mercredi 18 octobre 2017 à Conakry.

La Guinée est un pays très riche en termes d’opportunités pour Canal+, explique GRACE Loubassou, responsable des relations institutionnelles Afrique Canal+ International.  Mais, déplore-t-elle, «  nous avons une concurrence très forte ».

En Guinée, a-t-elle signalé, plus de 50% de la population est équipé d’une télé qui passe par des câbles opérateurs. « Pour nous, le premier concurrent ce sont les pirates qu’on ne peut pas cibler et comprendre. Le piratage rapporte plus de 56 milliards de GFN  à ces personnes, et aucun franc n’est réinvesti  dans la production audiovisuelle ou dans la création d’emploi. C’est une acquisition illégale de nos images qui empêche le secteur audiovisuel guinéen de s’émanciper », a regretté GRACE Loubassou.  

Devant les abonnements pirates, prévient la chargée des relations institutionnelles Afrique Canal+ International, les enfants peuvent tomber sur des chaines pour adultes ou des chaines violentes qui ne les concernent pas, sans aucun moyen de contrôle.

Pour mettre fin à ce piratage, CANAL+ envisage plusieurs solutions dont la pédagogie, la mise en demeure par les tribunaux, le démantèlement physique ou encore la sensibilisation. Mais en Guinée, c’est la voie physique qui sera mise en place avec la gendarmerie nationale. Il s’agira de repérer les bases pirates, aller sur place, faire une perquisition du matériel et faire tomber le pirate. Cette méthode s’appelle le démantèlement.

 « Dans les prochaines semaines, les prochains mois, nous allons procéder avec l’aide de la gendarmerie à des démantèlements à Conakry pour assainir quelques zones et décourager ceux qui vont être tentés par le piratage », a annoncé GRACE Loubassou. 

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 18 octobre 2017 à 19:02

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS