Bah Oury à Cellou Dalein : « Trop c’est trop ! »

Facebook icon Twitter icon
Politique
Bah Oury
Bah Oury

CONAKRY- Bah Oury n’a pas encore enterré la hache de guerre avec son désormais ancien leader. Alors que l’opposition dirigée par Cellou Dalein Diallo appelle à de nouvelles manifestations à Conakry, Bah Oury tire sur la sonnette d’alarme.

‘’ Il est dans une logique suicidaire et irresponsable parce qu’il n’a pas encore digéré le fait qu’il ait demandé depuis trois ans maintenant que le carré du cimetière de Bambeto soit réservé aux victimes qui vont tomber lors des différentes manifestations qu’il entend organiser. Bientôt une centaine de tombes sont dispersées dans ce carré du cimetière (…), je ne sais pas jusqu’à quel nombre il entend avoir des tombes pour se rendre compte que trop c’est trop. Moi je dis à la société guinéenne toute entière, aux autorités morales et politiques de prendre leurs responsabilités pour dire halte aux incendiaires, trop c’est trop’’ a lancé Amadou Oury Bah.

L’opposition sera à nouveau dans la rue ce mercredi 4 octobre 2017. Elle dénonce le mode de gouvernance actuelle du pays.

‘’ La société guinéenne a connu beaucoup de tragédies parce que très souvent au moment où il faut dire stop, les gens ne disent rien (…), ceux qui ont la culture de la violence pour la satisfaction de leurs ambitions uniquement personnelles continuent à utiliser cette violence au détriment des intérêts généraux du pays’’ a-t-il dénoncé, avant de préconiser que  des enquêtes doivent être diligentées à l’endroit de tous ceux qui sont impliqués dans des tueries lors des manifestations.

‘’ Ce sont des personnes qui vont à l’encontre des intérêts de l’ensemble du peuple guinéen, à ce niveau il faut que ça soit claire, des enquêtes doivent se faire pour que nous sachions lors des manifestations qui sont les tireurs embusqués pour tirer sur les manifestants ; Est-ce que ce sont des forces de l’ordre loyales avec les institutions de la République ou ce sont des gens animés d’intérêts qui n’ont rien à voir avec la question du maintien d’ordre ? De ce point de vue, il y a une complaisance coupable et donc , le chef de file dite de l’opposition doit répondre de ses actes devant les institutions chargées d’éclaircir beaucoup de choses qui sont encore dans l’ombre’’ a indiqué l’ancien vice-président de l’UFDG.

 

BAH Boubacar LOUDAH                                                      

Pour Africaguinee.com

Tél.: (+224) 655 31 11 13

Créé le Mardi 03 octobre 2017 à 5:53

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi