Elections communales : l’opposition émet de nouvelles inquiétudes…

Facebook icon Twitter icon
Election locales

CONAKRY-Même si elle accepte la date du 04 février 2018, retenue pour l’organisation des élections communales, l’opposition émet cependant certaines inquiétudes. Ces craintes se situent à deux niveaux : le respect de ce énième chronogramme et l’obstacle financier.

« Notre problème se trouve au niveau du respect du chronogramme. Parce que nous connaissons avec la CENI les problèmes qui se sont souvent posés. Jamais une date d’élection ficelée n’a été effectivement respectée. Et je rappelle que c’est une date technique qui a été soumis aux partis, accepté et qui indique qu’il est techniquement possible si tous les obstacles sont levés, d’organiser les élections le 04 février », explique Aboubacar Sylla le porte-parole de l’opposition, selon qui il y a encore des problèmes notamment financiers à résoudre.

« Le budget électoral défini par la CENI tourne autour de 330 milliards, mais il se trouve que dans le dernier communiqué du Président de la République, il a certes affirmé que le budget de l’élection serait disponible, mais pour le moment c’est 90 milliards qui étaient décaissables. Donc, on est vraiment loin du compte. Or le temps est court », craint le leader de l’union des forces du changement.

Toutefois, selon Aboubacar Sylla, pour juger la bonne foi du Gouvernement pour la tenue de ces élections, il donne rendez-vous le 06 décembre prochain pour voir si le Président de la République va publier le décret convoquant le corps électoral car dit-il, in fine c’est lui qui fixe la date des élections.

« Au plus tard le 06 décembre normalement le décret de convocation du corps électoral doit être publié. C’est-à-dire 60 jours avant le scrutin. Si le décret est pris le 06 décembre, on peut dire qu’il y a une volonté politique de la part du Gouvernement de respecter le chronogramme proposé par la CENI. Sinon on serait reparti encore vers une période d’incertitude », souligne l’ancien ministre de la communication, interrogé par un journaliste d’Africaguinee.com.

Satisfaction

« On est satisfait du fait que pour la première fois, la CENI organise un véritable atelier de concertation qui se termine par la validation d’un chronogramme. Parce que d’habitude on nous met devant un fait accompli », se réjouit l’opposant.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 28 septembre 2017 à 18:58

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi