Elections locales : les femmes veulent la parité sur les listes de candidature…

Facebook icon Twitter icon
Politique

CONAKRY- La faible participation des femmes aux instances de prise de décision en Guinée interpelle ! A ce jour, 15,15% de femmes sont membres du gouvernement, 22% sont au Parlement, 12,5% occupent les fonctions de Gouverneurs de régions et 6,6% occupent les fonctions de Préfètes, alors qu’elles constituent plus de la moitié de la population guinéenne.

Lors d’une conférence de presse tenue ce vendredi 22 septembre en marge d’un atelier organisé par le National Démocratic Institute (NDI) en faveur des femmes, les participantes ont fait un plaidoyer auprès des décideurs pour changer ce constat peu élogieux avant les élections communales et communautaires. En allant au-delà du quota d’au moins 30 % que prévoyait à l’époque le Code électoral concernant la représentation des femmes sur les listes de candidature pour tendre vers la parité.

« La parité politique recherchée ne relève pas seulement de la légalité mais aussi de l’équité qui interpelle tous les acteurs politiques », explique Kadiatou Diallo porte-parole du cadre de concertation des filles et femmes des partis politiques, exhortant les femmes candidates à veiller à leur bon positionnement sur les listes de candidatures.

Le comité de plaidoyer pour l’inscription et le bon positionnement des femmes sur les listes des candidatures dans sa déclaration, a lancé un appel vibrant aux partis politiques pour le respect de la parité sur toutes les listes de candidature.

« Nous encourageons les candidatures féminines indépendantes, exigeons la mise en application des engagements nationaux, régionaux et internationaux relatifs au droit des femmes auxquels la Guinée a souscrit, Interpelons le Gouvernement et les autres Institutions Républicaines à veiller scrupuleusement au respect de ces engagements nationaux et internationaux en faveurs de la participation politique des femmes notamment :  la résolution 1325 et connexes en 2000, le protocole de Maputo en 2004 etc », a lancé Kadiatou Diallo, invitant les législateurs d’insérer une disposition au niveau du Code électoral qui permettra à la CENI de rejeter toutes listes qui ne respectera pas le principe de parité.

Avant de clore son intervention, l’oratrice a remercié au nom des participantes le NDI qui, sur financement de l’USAID, accompagne inlassablement le Comité de plaidoyer dans ces différentes actions.

Au cours de cet atelier de deux jours, les participantes ont appris des notions sur la prise de parole en public, la gestion de leur communication et leur relation avec les medias, explique Madame Fatou Baldé Yansané. Elle a confié que les femmes ont également été outillées sur  les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél.: (00224) 655 311 112

 

Créé le Samedi 23 septembre 2017 à 9:53

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi