Confidences de Diallo Cravate : « Sékou Touré m’a pris un bateau de marchandise… »

Facebook icon Twitter icon
Interview
Diallo Cravate
Diallo Cravate

CONAKRY-Longtemps alité au grand hôtel de l’indépendance, souffrant de la maladie de Parkinson, Diallo Cravate qui a fait fortune en République Démocrate du Congo (RDC) où il a séjourné pendant ¼ de siècle retrouve de mieux en mieux sa santé ! Ce mercredi 13 septembre 2017, un de nos reporter a croisé  Amadou Sadjo Diallo connu sous le sobriquet de Diallo Cravate dont la « fortune virtuelle » est estimée à 36 milliards de dollars, dans les couloirs de Novotel où il élit domicile. Il a livré quelques confidences… Exclusif !!!

AFRICAGUINEE.COM : Monsieur Diallo bonjour ! Dites-nous Comment vous vous sentez aujourd’hui ?

DIALLO CRAVATE : Ça va bien grâce à mes frères guinéens et au gouvernement guinéen (…) je remercie mes frères guinéens. Je ne suis pas un diable, je mange mais je ne quémande pas, on me donne. Depuis 23 ans que je suis là maintenant, je suis très riche. C’est pourquoi le type qui a dit (quand j’étais alité) que Monsieur Diallo Cravate est milliardaire mais il fait le mendiant, il a menti. Moi je fais le mendiant ? Il a menti, moi je ne fais pas le mendiant. Même mes parents ou mes compatriotes guinéens qui veulent me donner 100.000.000, ils passent par un intermédiaire. On ne me donne pas directement. Donc, quand vous êtes des journalistes, il faut écrire la vérité, il ne faut pas mentir (...).

Dire que Monsieur Diallo Sadakadji est l’homme le plus riche, c’est vrai ça ? C’est créer des problèmes à Diallo Sadakaadji parce que les guinéens sont jaloux. Les KPC et autres sont là (...)

Voulez-vous dire que monsieur Diallo Sadakaadji n’est pas l’homme le plus riche en Guinée ?

Je ne connais mais même si c’était vrai, lui il ne l’a pas déclaré. Ce sont les gens qui écrivent ça. Tant que quelqu’un n’a pas montré son bilan, l’extrait de son compte bancaire, tu ne peux dire qu’il est riche. Il faudrait que la personne elle-même dise qu’elle est riche comme moi. Je vous ai montré une lettre qui vient du Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo), où le Gouvernement Zaïrois a demandé un arrangement à l’amiable. Je ne peux pas voir le Zaïre, mais je vendre tous les minerais du Zaïre parce que c’est écrit dans le code des investissements que s’ils n’ont pas l’argent à me payer, ils vont me donner des minerais. Mon argent est garanti.

Je vais vous donner un exemple, si on vous doit 20.000 dollars pendant 23 ans, ce n’est plus 20.000 dollars qu’on doit vous payer. On doit vous payer dans les 200 millions de dollars parce qu’il y a les intérêts. Chaque année, les intérêts moratoires, bancaires, doivent être ajoutés sur le capital tant qu’il n’a pas été remboursé. C’est comme une vache au lait, chaque matin vous avez du lait. C’est ce que les guinéens doivent comprendre. Donc, moi, c’est seulement qui Dieu qui sait combien on me doit. C’est dans les 80 milliards de dollars maintenant.

La ceinture que porte là, elle est vielle mais c’est le Président français qui m’a amené ça dans mon bureau avec Moboutou. Moi je n’ai pas soif d’argent. Je n’ai pas hérité, mon père avait 400 têtes de bétail, mais on les a volé quand on était mineur.

Tous les guinéens qui ont de l’argent ici, c’était des boys. Moi à 12 ans j’avais 20 millions de francs CFA. Sékou Touré m’a pris un bateau de marchandise d’une valeur de 100 millions (…), Il faut dire la vérité. Si je vaux un milliard il ne faut pas dire que je vaux 100 milliards de dollars. Quand tu as un milliard de dollars même si tu achètes un coca-cola à 100.000 franc par jour, ton argent ne va finir.

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Dimanche 17 septembre 2017 à 17:04

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi