.

Insécurité : plusieurs boutiques vandalisées à Mamou…

Facebook icon Twitter icon
Insécurité

CONAKRY- L’insécurité bat son plein à l’intérieur du pays. Dans la ville-carrefour, Mamou, plusieurs boutiques ont été mises à sac au quartier Almamya dans la commune urbaine. Mais les citoyens s’interrogent d’autant plus que les boutiques attaquées se situent à quelques mètres d’une base de la brigade anti-criminalité.

Selon les témoignages, les bandits ont profité de la nuit pour opérer et vider de leurs contenus quatre boutiques alignées au secteur Zayter.  Pour Mr Djibril responsable de la boutique orange, c’est difficile de comprendre cela. Car leurs boutiques sont à quelques mètres d’une base de la gendarmerie nationale.

« On est venu le matin dans nos lieux de travail, on a trouvé que nos boutiques ont été vandalisées. Moi ils ont défoncé toutes mes portes. Mais heureusement ils n’ont pas trouvé de l’argent dedans. Car je ne laisse pas de l’argent là-bas. Ils ont emporté des clés internet, un téléphone et quelques objets divers. Ce qui nous a étonné, c’est que les deux gendarmeries sont à côtés », explique cette victime.

Interrogé le substitut du procureur près du tribunal de première instance de Mamou, Mr Daouda Diomandé est revenu sur les faits. « On a été informé de cette nouvelle dès le lendemain de l’attaque. Immédiatement on a contacté la brigade de recherche pour ouvrir des enquêtes. Une des victimes a porté plainte contre X au TPI de Mamou. On attend le résultat des enquêtes de la brigade de recherche de Mamou. Nous avons renforcé l’équipe qui mène la patrouille mixte dans la commune urbaine », annonce le substitut du Procureur.

De nombreux citoyens de la ville carrefour pointent du doigt la brigade anti criminelle (BAC) 16 basée à Mamou depuis quelques mois pour démanteler les réseaux des bandits. Cette brigade effectue des patrouilles nocturnes tous les jours dans la commune urbaine. Pourtant toutes ces boutiques dépouillées sont à quelques mètres seulement de là où est basée la BAC.

 Face à toutes ces accusations le substitut du procureur rétorque : « Ce n’est pas parce que ces boutiques se trouvent tout près des gendarmeries qu’on va les accuser. On n’a pas de preuve contre eux. Vous n’êtes pas sans savoir que la pluie s’était fortement abattue ce jour. Donc les bandits ont profité de cela pour faire les opérations. Beaucoup veulent que ces agents-là quittent Mamou. Mais ce n’est pas possible », a-t-il tranché.

Il faut rappeler que ces genres d’attaque sont très fréquents à Mamou. L’année dernière la brigade mixte qui était venue pour lutter contre les coupeurs de route a été accusée par de nombreux citoyens de brigandage pendant les patrouilles nocturnes.

 

Habib Samaké

Correspondant régional

D’Africaguinée.com à Mamou

Tél. : (00224) 623 093 998  

Créé le Dimanche 27 août 2017 à 14:22

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS