Demoudoula : l’Etat a-t-il fait du "deux poids deux mesures" ?

Déguerpissement à Démoudoula

CONAKRY- L’Etat guinéen a-t-il fait du "deux poids deux mesures" dans la démolition des bâtisses construites dans le lit de la rivière Demoudoula ?

Alors que le Gouvernement guinéen s’est engagé à déclencher une procédure de dédommagement de tous les citoyens qui ont été touchés dans ce vaste programme de déguerpissement, certaines victimes accusent les autorités du pays d’avoir fait du ‘’deux-poids deux mesures’’.

‘’ Sur l’autre rive, nous constatons avec consternation la présence des maisons appartenant à des hauts cadres de l’administration guinéenne. Ce n’est pas normal qu’ils viennent démolir les maisons des pauvres habitants sans défense que nous sommes, et d’épargner celles des hauts dignitaires du régime. Tout cela est injuste’’ a regretté cet habitant de Demoudoula.

Le Gouvernement guinéen a préféré garder le silence sur ces accusations. Joint au téléphone par un journaliste de notre rédaction, Louceny Camara, le Ministre de la ville et de l'Aménagement du territoire n’a pas voulu faire de commentaire. ‘’ Je n’ai pas grand-chose à vous dire (…), je ne suis pas en Guinée. Par conséquent je n’ai aucune déclaration à vous faire’’ a dit en substance le chef de ce département.

Au ministère de l’environnement et à la direction nationale des eaux et forêts, aucun répondant de ce côté également. Pourtant ce mardi une opération de reboisement a été entamée sur les ruines des bâtiments démolis à Démoudoula.

Dans un communiqué publié récemment Louceny Camara, ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire a invité tous les détenteurs de propriétés dont les réalisations sont touchées dans le cadre des opérations de démolition des constructions illégales dans la forêt classée de Demoudoula, à les déposer à son cabinet dans les meilleurs délais pour des fins de vérification.

‘’ Les citoyens dont les titres de propriété sont reconnus réguliers bénéficieront d’une indemnisation conformément aux dispositions de code foncier et domanial ‘’, a annoncé le ministre Louceny qui menace de poursuites judiciaires aux occupants irréguliers bien que déguerpis.

‘’ Ceux par contre, déclarés irréguliers seront rejetés et les auteurs impliqués dans leur établissement feront l’objet de poursuites judiciaires conformément à la loi’’ a prévenu le ministre.

Après les sévères critiques de l’opposition sur la manière dont le Gouvernement a mené cette opération en cette période hivernale, l’institution nationale indépendante des droits de l’Homme (INIDH) est venue rajouter une couche ce mardi 25 juillet 2017. Cette institution estime que les citoyens ne doivent pas payer pour les dysfonctionnements de l’Etat.

Située dans la haute banlieue de Conakry, la cuvette de Demoudoula est enfouie entre les collines du quartier Nongo et de Nassouroullaye. Patrimoine non bâti de l’Etat, cette Zone bordée par une grande rivière abrite plusieurs stations de pompage de la Société des eaux de Guinée (SEG) qui sont menacées de pollution et de disparition. 

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mercredi 26 juillet 2017 à 19:21