Conakry : l'artiste Takana Zion cité dans une "sale affaire"...

People

CONAKRY-Le célèbre reggae-man guinéen Takana Zion est traduit en justice. L’artiste est accusé de «séquestration et coups et blessures volontaires » par deux jeunes qui ont produit des tickets d’entrée lors d’un concert du reggae-man, a appris Africaguinee.com.

C'est une affaire qui remonte au 19 Mai 2017 lors du concert de Takana Zion qui est transportée en justice. Le reggae-man guinéen est accusé de coup et blessures volontaires et de séquestration par Youssouf Sylla et Abdoulaye Diallo, deux jeunes qui ont produit les tickets d'entrée au concert du 19 mai au stade de Nongo.

Selon Maitre Aboubacar Ouattara, l'avocat des plaignants, Takana et son groupe ont fait subir à ses clients des tortures pour les tickets produits pour le concert du 19 Mai. L’avocat qui s’est confié à un journaliste de notre rédaction revient en détails sur les contours de cette affaire.

"Takana a signé un contrat avec mes clients. Dans un premier temps, il a commandé 20.000 tickets qui ont été effectivement confectionnés et livrés. Ensuite, dans un second temps, il a commandé 10.000 nouveaux  tickets. Mes clients ont fait ça aussi et ils ont même produit plus que ça. Ils ont fait 11.000 et quelques  alors que la commande était dix mille. Pour éviter tout problème, ils ont ajouté les milles et quelques tickets au-delà de la commande et ils ont tout livré. Après le concert, les Takana ont commencé à dire que le stade de Nongo était plein et que le nombre de personnes dans le stade était plus important que le nombre de tickets vendu.

Ils ont dit que mes clients ont dû confectionner des faux tickets pour vendre au gens. A cause de ça, ils ont cherché à rencontrer mes clients. Lui et son groupe, les ont enlevés nuitamment, ils les ont emmenés  au bord de la mer à Taouyah où mes clients ont subit toute sorte de torture. Ils ont exigé que mes client reconnaissent qu'ils ont fait des faux tickets et qu'ils s'engagent à payer le montant correspondant au nombre de ticket que Takana et sont groupe voulaient. Mes clients étaient obligés de reconnaitre sous l'effet de la torture. Après ils ont dit à mes clients de faire un début de payement avant de les libérer. Mes clients sont partis la même nuit à leur bureau pour prendre un montant de 20 millions, ils ont donné à Takana. C’est au prix de ça qu'ils les ont libérés. Le lendemain, mes clients ont porté plainte chez colonel  Thiégboro", a confié à notre rédaction maître Ouattara qui s’est confié à un de nos journalistes.

Contacté par notre rédaction, Takana Zion n'a pas voulu commenter  le sujet. Le 03 juillet dernier, lors du procès de Marcus du groupe Banlieuz'art, Mohamed Mouctar Soumah dit Takana Zion a été aperçu dans les locaux du tribunal de première instance de Dixinn. Etait-il venu apporter son soutien à Marcus ? Non répondait Takana, interrogé par des journalistes.

"Je suis venu juste pour me promener" a-t-il dit aux journalistes qui l'ont interrogé. Des indiscrétions disent que Takana était venu répondre à une convocation du juge d'instruction.

Affaire à suivre...

Africaguinee.com

Créé le Jeudi 06 juillet 2017 à 20:20